Le « Conclave des femmes »

Comité de la Jupe

Le Comité de la Jupe, avec le soutien de la Conférence des Baptisé-e-s, a décidé de réunir le « Conclave des femmes », le 9 mars prochain, à Paris.

Ce Conclave des femmes prend acte du fait que les femmes ont des choses à dire sur les demandes spirituelles de nos contemporains, sur les moyens qui nous paraissent nécessaires à l’Église pour être en état de remplir sa mission dans l’avenir. Á la veille de l’ouverture du Conclave, ce conclave d’hommes, ce « demi conclave », il convient de rappeler la valeur de la contribution des femmes sur ces questions essentielles.

Soixante douze femmes, comme les Soixante douze disciples que Jésus avait envoyés en mission (Luc 10), y participeront. Soixante douze femmes qui donnent la parole à toutes ces femmes de par le monde dont la foi, les compétences, l'implication pour le bien public ou la cause des plus défavorisés pourraient faire des cardinales de grande valeur.

Si vous souhaitez faire partie du Conclave des femmes, postez votre demande dans les commentaires ci-dessous. Nous y répondrons dans la mesure des places disponibles.

Déroulement du Conclave des femmes (sans public) 

Le Conclave des femmes comportera deux temps de prière, afin de porter nos réflexions devant le Seigneur et de lui demander son aide. L’essentiel de la rencontre sera d’entendre les contributions des participantes sur les cinq thèmes suivants :

  1. Les urgences du temps présent 

Qu’attendent nos frères et nos sœurs (croyants ou non), où sont leurs peines, où sont leurs joies, où sont leurs trésors (« Là où est ton trésor, là est ton cœur », Mt 6, 21) ?

  1. Notre foi 

Quelle est notre foi, notre espérance, notre charité, où est le salut, que faire du mal ?...

  1. La manière dont l’Église rend compte de sa mission 

Est-ce que l’Église répond à sa mission ? Comment témoigne-t-elle d’un Dieu qui libère, d’un Dieu bienveillant, d’un Dieu qui fait espérer ?

  1. Les moyens que l’Église se donne pour être configurée à sa mission

Quelles dispositions prend-elle ? Collégialité, subsidiarité, transparence, financière en particulier, miséricorde… . De même que Jean XXIII avait demandé que le concile Vatican II exerce les « remèdes de la miséricorde », il y a une miséricorde à exercer aujourd’hui (envers les divorcés remariés par exemple), il y a à demander que soient écartées toutes condamnations et discriminations sur la base du sexe.

  1. Les actes prophétiques qui en découlent

Ils sont à proposer par les participantes et feront l’objet d’un vote.

Le Bureau du Comité de la Jupe

Share

Commentaires

Pourquoi est-ce que défends bec et ongles l’Eglise voire les Eglises chrétiennes lorsque je suis avec des personnes non chrétiennes et que je ne cesse de la critiquer à l’intérieur ? Peut-être parce que je ressens un réel décalage entre ce qu’elle témoigne aujourd’hui et le message évangélique. D’ailleurs je devrais dire « je défendais » car j’ai de plus en plus l’habitude de la critiquer ouvertement lorsque je ne crains pas de « faire scandale » au sens étymologique du mot. C’est certainement la force du message reçu alors que je n’avais qu’une dizaine d’années et que, sans aucune initiation chrétienne, j’ai obtenu de mes parents l’autorisation d’aller au catéchisme. C’est ainsi que, ayant franchi le cap de la connaissance du « Notre Père » et du « Je vous salue Marie » acquise sous l’œil soupçonneux de la « dame du catéchisme » qui devait me considérer un peu « païenne » (nous étions dans les années 60 ) à cette époque, il était moins courant qu’aujourd’hui de ne pas avoir été baptisé dans sinon à la naissance au moins les toutes premières années des enfants. j’ai ét baptisée. Baptisée le jour du baptême du Christ j’en étais très fière, déjà sensible au symbolisme et profondément émue par le message que je découvrais et qui pour moi n’était pas autre chose que de me savoir aimée de Dieu, d’être attirée par le « beau », le « vrai » et surtout l’ouverture aux « autres ». Pas d’élan mystique ni d’esprit missionnaire . Seule la conscience d’une « présence » divine qui ne me demandait rien en retour sauf.. de rendre heureux les gens autour de moi. Objectif que je contemplais avec bonheur sans réaliser que ce ne serait pas chose aisée d’abord dans une famille désunie et puis tout au long de la vie, confrontée à de graves problèmes sociaux. . Fidèle à l'engagement de" mes dix ans j'ai cheminé tant bien que mal, rencontrant de temps à autre quelques lumineux témoins du Christ qui m'ont permis de tenir le coup mais sans jamais parvenir à me mouler dans une communauté paroissiale, c'est au CPHB que j'ai trouvé la joie de la célébration de liturgies vivantes ouvertes sur le monde avec des soeurs et des frères dont je me sens proche. Pour toutes ces raisons, je serais heureuse de participer au Conclave envisagé par le Comité de la Jupe pouvant ainsi être la voix de celles qui ne sont pas nées dans la "marmite" avec ses inconvénients mais aussi ses avantages.

Cheres amies, Votre initiative doit être fructueuse, pour l'évolution de notre Église! En plus de la dimension ministérielle, je vous invite à approfondir les propositions et demandes de participer davantage au "gouvernement de l’Église", à "son Enseignement" et à "sa sanctification"... qui sont les trois missions spécifiques de l’Évêque. Quelques exemples: - Demander davantage de femmes - minimum 10 à 20%- dans chaque conseil épiscopal dans les diocèses.Il y a moins de 20 diocèses qui ont actuellement des femmes dans leur conseil épiscopal! - Il faut que des femmes participent, à Rome, dans les dicastères, à des postes de responsabilité...c'est possible si vous construisez bien vos demandes... -Dans la partie "Enseignement",même si la catéchèse est le département où vous êtes le plus sollicitée,demandez une participation significative à l'élaboration pastorale, tant en ce qui concerne la liturgie que les orientations pastorales de l'Evêque dans son diocèse. Marie était présente au Cénacle entre la Résurrection et l'Ascension, et aussi, dans les premiers mois et années de l'après -Pentecôte. -Demander " dans le gouvernement de l'Eglise" qu'au sein de chaque diocèse, vous puissiez participer aux propositions de mutation des prêtres, courant Juin, pour dire si tel ou tel est bien adapaté dans tel secteur.Etre au moins consulter. Vous verrez c'est au niveau "gouvernement" donc décisions que vous aurez le plus de mal à vous faire entendre et accepter. Enfin, -priez l'Esprit et Saint et Bonne chance pour ce conclave! Il y a beaucoup à faire, même si vous devez user de beaucoup de diplomatie comme une main de fer dans un gant de velours. Je prie pour vous, "baptisé membre du peuple de Dieu". bien cordialement

La Conférence des Baptisé-e-s rappelle que "Ce demi-conclave des femmes est un miroir tendu aux hommes du demi-conclave de Rome. Il n'est pas réuni dans un esprit hostile aux hommes, ni pour élire une papesse, mais pour annoncer une bonne nouvelle: que les temps sont mûrs et que les femmes ont quelque chose à dire et à apporter dans l'annonce de l’Évangile et la gouvernance de l’Église" https://www.facebook.com/conferencecatholiquedesbaptisesfrancophones

Bonjour Au nom du Parvis de Québec, qui comprend 340 membres, nous vous félicitons de votre initiative de tenir un Conclave des Femmes. Puissiez-vous faire que ces hommes en jupe,à l'autre Conclave, prennent conscience qu'ils sont en jupe et à contre-courant de Vatican II qui souhaitait que l'Église soit la lumière du monde, la lumière dans le monde! Nous vous souhaitons plein succès. Grégoire Bissonnette Au nom du Comité de Coordination du Parvis de Québec, Canada

Je suis un homme et je me réjouis de ce Conclave des femmes. Le symbole des 72 femmes est fort et dessine en creux ce qui manque cruellement au conclave des hommes à Rome. Quand la réforme de la participation des fidèles dans l’Église sera effective, il me semblera bon de faire des assemblées de femmes et d'hommes pour que les voix de toutes et tous soient prises en compte. Mais pour l'heure ce qui crie à la face de Dieu c'est la voix étouffée des femmes. J'aime cette assemblée de femmes qui manifeste l'iniquité et fait advenir le Royaume de Dieu par des propositions constructives. J'aime cette assemblée de femmes qui ne prétendent pas être représentatives de toutes les femmes catholiques ni porter "la voix des femmes" ou une "voix féminine". Car LA femme n'existe pas. Leur parole est celle de femmes singulières qui ont décidé de prendre la parole qui ne leur a jamais été accordée. Il n'est pas concevable en effet que ce soient les clercs hommes qui disent aux femmes leur "vocation", leur "nature" et leur juste rapport avec les hommes. Les femmes doivent parler elles-mêmes sur ce qui les concerne en propre et sur le bien de l’Église dont elles sont pleinement membres par leur baptême. Bon et joyeux conclave !

Je ne sais si c'est l'endroit … mais c'est toujours une histoire de conclave… "Stay home, card Mahony !" Il est encore temps de signer la pétition des associations de victimes américaines de prêtres pédophiles contre la présence du Card Mahony au conclave http://www.catholics-united.org/ Pour davantage de renseignements , voir La Vie.fr "le Card Mahony doit-il participer au conclave ?" http://www.lavie.fr/religion/lamatinale/le-cardinal-roger-mahony-doit-il-participer-au-conclave-20-02-2013-36702_400.php voir aussi la "mise en ligne" des archives de ce diocèse, " mise en ligne" obligée par la justice américaine… http://clergyfiles.la-archdiocese.org/listing.html Au nom des victimes d'Amérique, de France et d'ailleurs, merci !

Je vais participer au conclave des femmes et je m'en réjouis à l'avance! Pourtant face à cette proposition mon premier mouvement a été de dire que le gouvernement de l’Église est l'affaire de tous et que donc un conclave de laïcs, où hommes et femmes seraient représentés à parité, aurait été plus logique. Mais tant que l’Église pratiquera la discrimination, il sera juste que des assemblées de femmes fassent contrepoids aux assemblées d'hommes qui décident en notre nom. Mais surtout si je me réjouis c'est de l'occasion qui va m'être donnée d'entendre ce que mes sœurs en Christ, chacune avec son expérience et sa personnalité propre, ont à dire pour le bien de l’Église.

Merci Gonzagues pour votre commentaire, dans lequel je me retrouve totalement.C'est une vraie souffrance pour moi, d'avoir eu si peu la parole en mon Eglise.Ce n'est pas que je n'ai pas eu de place: caté, fleurs, secrétariat, nettoyage, animation liturgique...Je crois que j'ai tout fait... Mais j'aurais tellement voulu former, prêcher, décider.Par exemple,avoir le choix des supports pédagogiques en catéchèse ; au moins être reconnue voire rémunérée, devant la charge de travail.C'est pour cela que je viens samedi.Pour dire combien la situation des femmes est injuste dans l'Eglise.

Bonjour, Je suis une étudiante de 23 ans et j'ai appris l'existence de ce conclave grâce à la présentation qui en a été faite lors de la célébration de dimanche dernier à l’Église St Merry. J'aimerai y participer s'il reste des places disponibles. Merci pour cette initiative qui nous renforce notre espérance en les capacités de l’Église à se réinventer. A très bientôt, j'espère. Laure

... 1 ptite question philo: La vérité, est elle objective ou subjective? C'est moi qui l'invente, ou bien elle provient du réel, du monde extérieur?

Dominique Quinio, à la Une de La Croix : "En ce 8 mars, comment ne pas évoquer l'étrange événement en train de se dérouler à Rome où on ne se pose pas la question de la parité ?" Mgr Jean-Pierre Batut, évêque auxiliaire de Lyon : "Je ne vois pas pourquoi une femme ne pourrait pas être cardinal" http://www.lepoint.fr/societe/le-numero-deux-de-l-eglise-lyonnaise-n-est-pas-oppose-a-l-ordination-de-femmes-cardinal-08-03-2013-1637773_23.php Anne Soupa interviewée par le Nouvel Observateur : "Jusqu'à 1983 en effet, les cardinaux pouvaient être choisis parmi des laïcs, c'est comme cela que Mazarin a pu être cardinal. Depuis ce n'est plus possible. Il faudrait de nouveau modifier le code de droit canonique, et déjà, de manière très simple, redonner la parole aux femmes, en les autorisant à faire des homélies et à commenter les évangiles. Il est stupide et borné de refuser l'accès des femmes au diaconat et au cardinalat." http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20130308.OBS1346/et-pourquoi-pas-un-conclave-de-femmes.html Anne Soupa dans Témoignage Chrétien : " La situation faite aux femmes dans l’Église catholique est non seulement injuste, non seulement contre-productive, mais j’ose dire qu’elle est même le révélateur de l’ensemble des maux dont souffre l’Église." http://www.temoignagechretien.fr/ARTICLES/Agir-avec-TC-!/Conclave-des-femmes-une-premiere-absolue-/Default-53-4371.xhtml L'initiative du Comité de la Jupe est relayée par le blog religions de Ouest France : http://religions.blogs.ouest-france.fr/archive/2013/03/08/les-femmes-ne-votent-pas-au-vatican.html

Ajouter un commentaire