Sœur Irène : sa passion, les autres

Comité de la Jupe
Photo soeur Irène Nice : maison des soeurs de Ste Marthe

Le Comité de la jupe : Quelle est la passion de votre vie et comment l’incarnez-vous dans votre vocation ?

Les autres ! Leur donner occasion d’aimer la vie.

Saisir leur regard et leur donner de se sentir important dans cet instant.

Saisir le regard des jeunes et leur donner confiance : « Tu as du prix ».

Le Comité de la jupe : Quelle initiative communautaire ou personnelle vous tient à cœur ?

  •  La présence au monde actuel par un intérêt marqué pour les faits actuels
  •  Faire tomber les barrières
    • entre hommes et femmes 
    • entre catholiques et incroyants
    • entre les différentes religions

 

  • Être une présence auprès de chacun, dans les associations, être ouvertes aux gens.
  • Rechercher les actions positives qui se vivent aujourd’hui dans la société et y participer.
  • Essayer d’ouvrir les sœurs à ce qui se vit aujourd’hui, dans la vie actuelle.

Le Comité de la jupe : En quoi le Concile de Vatican II a transformé la vie religieuse et le rapport au monde de votre Institut parce que vous aurez vécu ces changements ou parce que vous en avez bénéficié ?

 Dans la vie religieuse après Vatican II, j’ai vu les congrégations, les communautés, les sœurs fraterniser entre elles ; des barrières qui semblaient légitimes (coutumes particulières, costumes…) sont tombées. Grâce aux sessions de formation, aux retraites vécues en commun, se sont formés des liens, des amitiés, des entraides entre les diverses institutions. Même, encore timidement, des communautés ont été constituées avec des sœurs de différents instituts. Ainsi, l’essentiel est apparu, l’essentiel a pris sa place, donc le Christ, le but unique du Charisme…

 Le Comité de la jupe  Les évolutions encore souhaitables……..

  •  Ouvrir généreusement et même imprudemment (apparemment !!!) les yeux et les oreilles
  • aux intuitions personnelles,
  • aux cris de la société et de l’humanité
  • sortir des abris de nos communautés, dessiller nos yeux, chasser nos partis -pris…
  • Sortir de nos sécurités, pour que l’Évangile, l’amour, soient réellement vécus au quotidien et dans le concret.

 Je formule enfin une suggestion. Une recherche pourrait être proposée sur les femmes, les religieuses aussi qui au long de l’Histoire, en France et ailleurs, ont été à l’avant-garde, avant la lettre, sans le savoir, membres du Comité de la jupeLouise de Marillac sans laquelle St Vincent n’aurait pas pu agir…Anne-Marie Javouhey, Soeur Emmanuelle, Mère Thérèse de C [?], Mère Marie Philippine du Vivier (à Romans pour éduquer les petites filles…)

Sœur Irène, sœur de Sainte Marthe

Share

Ajouter un commentaire