8 mars : un brin d’olivier

Anne SOUPA

Comment qualifier ce 8 mars, journée des femmes, dans l’Église catholique ? Par l’image du brin d’olivier que la colombe apporta à Noé qui, coincé dans son arche, attendait la décrue. Sans doute le foin devait commencer à manquer, et les bêtes devaient s’en plaindre ! Le brin d’olivier, rapporté de la terre ferme, lui fit comprendre que la décrue avait commencé et que bientôt il aurait enfin de l’herbe fraîche à donner à ses bêtes. Fini le déluge… Ouf !

La Genèse du mâle

Anne -Joëlle PHILIPPART
23 février 2015

Entre culture et religion les échanges sont de mise, les deux sont traversés par une domination et une transmission essentiellement masculines. Par ce biais, les hommes ont consolidé leurs droits acquis en véhiculant les histoires qui les confortaient. Ils ont aussi instrumentalisé les plus beaux textes sacrés en les sortant de leur contexte et en les interprétant dans le seul prisme de leur cause.

Le CCFD-Terre solidaire s’engage pour l’égalité femme/homme

Odile DELAYE
14 février 2015.

Le 15 novembre le CCFD-Terre Solidaire (Comité catholique contre la faim et pour le développement) et l’université de Strasbourg ont rassemblé plus de 350 personnes à Strasbourg sur le thème de l’égalité femme/homme comme enjeu de développement. L’originalité de ce choix est qu’il traduit une expérience de solidarité internationale entre des acteurs vivant dans l’hexagone et d’autres dans divers pays du monde.

Que se passe-t-il à Rome au sujet des femmes ?

Anne SOUPA

Du 4 au 7 février, jupes et soutanes dissertent sur : « Les cultures féminines ». Ce thème, en effet, est au menu de l’assemblée annuelle du Conseil pontifical pour la culture. Comment les femmes y ont-elles été associées ?

  • Le document préparatoire à cette assemblée a été rédigé, parmi une majorité de contributeurs masculins, avec la collaboration de quatre femmes italiennes.

  • L’assemblée a été ouverte par une allocution de la présidente de la RAI qui a montré la variété et la qualité des contributions des femmes à la vie culturelle.

Quelque chose a commencé aujourd’hui

Anne SOUPA
12 janvier 2015

Ce 11 janvier a tous les ingrédients d’une journée fondatrice. Tout d’abord, par le nombre considérable de ceux qui se sont unis dans la mémoire aux 17 victimes des récents attentats. Près de 3, 7 millions de personnes ont battu le pavé pendant le week end. Et un peu partout dans le monde, des milliers de voix se sont unies au rassemblement français.

Hommage aux femmes d’Afrique

Germain Locoh-Donou
5 janv 2015

Sur les sentiers

Sur chaque chemin d’Afrique

Une femme marche

Marche à pas pressés vers son labeur

Un enfant dans le dos

Un fardeau sur la tête

Sur chaque chemin d’Afrique

Une femme marche

Marche à pas lourds vers sa demeure

Un enfant dans le dos

Un sourire dans la voix

Sur les chemins d’Afrique

Les femmes marchent

Marchent de l’aube au crépuscule

Arrosant de leur sueur

L’espoir qu’elles portent dans leur dos

 

Extrait de

Le temps est venu, voici le moment favorable…

Marie Jeanne Laurent
23 déc. 2014

Enfant j’avais promis à Dieu, sur ma « montagne », qui n’était qu’une modeste colline, de le servir toute ma vie, chaque jour. Pas de célébration clinquante, pas d’habit d’apparat, pas d’invités prestigieux pour cette cérémonie, mais juste un paysage magnifique, à perte de vue en guise d’église, quelques genêts, quelques pins un peu tordus et ébranchés sous les assauts du vent et, comme témoins, une volée de moineaux, deux ou trois lapins, des papillons, des abeilles, des fourmis,… tout un monde grouillant de vie et de simplicité. Je devais avoir 7 ou 8 ans.

Quand les femmes assurent les funérailles, parole d’un pasteur

Gilbert Beaume
4 déc. 2014

Mon cousin vigneron est mort. Solide comme un roc, il fut vaillant comme un chêne. De plus, c’est mon village occitan et j’habite en Bretagne. Pasteur retraité, je vais téléphoner au prêtre du secteur, voudra-t-il bien que je dise un mot d’affection ? Récemment encore, j’ai pu tester la profondeur des relations que l’on tisse parfois avec des familles endeuillées et qui subsistent cinquante années plus tard. Au téléphone le prêtre est des plus charmants, nous sommes frères d’accent !

Pages