Gerson, François, les femmes et la miséricorde

Comité de la Jupe

« À quoi bon affliger davantage encore ceux qui sont déjà dans la peine ? » : ainsi s’interroge le grand théologien (aujourd’hui largement oublié du « grand public ») Jean Gerson au début du XVe siècle. Cette citation hors contexte semble relever de l’évidence. Mais de quoi nous parle Gerson dans le texte dont est extraite cette phrase, et pourquoi l’évoquer en ce XXIe siècle ?

Un récit pour redire Dieu

Rita Amabili-Rivet

Je suis devenue théologienne après avoir fait carrière comme infirmière, auteure, poète, agente de pastorale. J’avais déjà ma famille, une expérience de vie, un bref passage en théâtre, un cours en mise en scène, et une pratique en accompagnement de fin de vie.

Je cherchais à actualiser le sens de ma foi, lentement, à petites doses. Plus j’étudiais, plus j’apprenais, plus je m’enthousiasmais.

Le Tout Nouveau Testament : Dieu existe et il habite à Bruxelles

Comité de la Jupe

Le tout nouveau film de Jaco Van Dormael

Je m’attendais à une bonne grosse farce bien loufoque et à quelques gags drôles, mais sans plus. Á des digressions sur la puissance et l’impuissance de Dieu, mais un peu trop convenues. Et aussi à une bonne dose d’inventivité dont les Belges en ont le secret. J’ai trouvé davantage, que je me dépêche de venir vous raconter. D’abord, le clou : Dieu est père d’une fille, futée et sensible, un peu du modèle de son frère, Jésus. Rien que cela, cela fait du bien : en 2015, on peut bien s’offrir ça…

La femme, le médecin, la mère catholique et la théorie du genre

Elisabeth Saint-Pastou

Une petite phrase de trop...

Il y a 3 ans environ, je reçois via un ami catholique homosexuel un mail d'alarme concernant une dangereuse Théorie du Genre arrivant des États-Unis et que l'Éducation Nationale souhaiterait inculquer à nos enfants : l'être humain ne naîtrait pas homme ou femme et l'on pourrait choisir son orientation sexuelle selon son désir, et ce dès le plus jeune âge. Et pour ce faire il faut casser tous les stéréotypes hommes/femmes à grand renfort de livres pour enfants, et en réécrivant les manuels scolaires !

Faith Unraveled

Comité de la Jupe

Rachel Held Evans est une journaliste américaine, blogueuse et auteure de best sellers. Chrétienne, initialement protestante évangélique, elle a rejoint récemment l’Église épiscopalienne. Elle a publié à ce jour trios livres :Faith Unraveled– initialement publié sous le titre Evolving in Monkey Town– (2010/2014), A Year of Biblical Womanhood (2012), et Searching for Sunday (2015). Chaque billet de cette série rend compte de l'un de ces trois livres.  

Les trois « Marie » du conseil épiscopal de Cambrai

Marie Thérèse, Marie Bernadette, Marité

Nous sommes trois femmes, Marie-Bernadette, Marie-Thérèse et Marité, ayant toutes trois des responsabilités diocésaines : liturgie, pastorale sacramentelle, Apostolat des Laïcs. Notre évêque nous a appelées, à des périodes différentes, au conseil épiscopal, ce conseil qui a pour rôle d’aider l’évêque à donner les impulsions pastorales au diocèse, régler les problèmes, prévoir les nominations de prêtres, les embauches de laïcs, bref, prendre les décisions qui s’imposent.  

Une prière à sainte Anne, pourquoi ?

Sœur Marie-Colette Guédon

Le jour de sa fête, le 26 juillet dernier, l’idée d’écrire « quelque chose, mais quoi ? » s’est imposée à moi. Une idée qui m’a surprise d’ailleurs, car si j’aime sainte Anne en tant que Mère de la Vierge Marie, je n’ai pas de dévotion particulière envers elle.

La question fondamentale était bien : écrire, oui, mais pour dire quoi de cette femme entourée d’un immense silence dans la Bible, à tel point que son nom n’est mentionné ni dans l’Ancien, ni dans le Nouveau Testament ?

Choisissez TOUT

Anne Soupa

"Choisissez Tout", tel est le message lancé aux femmes par Nathalie Loiseau, diplomate de carrière, ancienne DRH au Quai d'Orsay, actuelle directrice de l'ENA. « Tout », c'est-à-dire la vie conjugale, familiale, amicale, professionnelle. En clair : ne vous laissez pas imposer de stéréotypes, de modèle de carrière préétabli, réagissez contre les réunions programmées un vendredi à 17h, débusquez les a priori qui parsèment les discours des décideurs hommes, ils sont ceux d'un monde d'hommes qui se reproduit, coopte des clones, et refuse, parfois violemment, d'intégrer des femmes.

Douze raisons d’être catho ET féministe (sans être schizo...)

TELLOU
 Angelica Kauffmann: Jésus et la Samaritaine au puits de Jacob, Munich, Neue Pinakothek.

Il y a des jours où je reçois des gros yeux ronds étonnés, déconcertés. Forcément, quelqu’un qui, à la machine à café, vous tient un jour un discours féministe (comment ça, j’ai droit à des post-it roses pour mon bureau parce que je suis une fille ?) et le lendemain vous aide à monter la cérémonie de baptême de votre petit dernier, ça vous remue le ciboulot. Elle n’est pas schizophrène au fond la fille ? Catho et féministe, ce n’est pas vraiment compatible, hein… ? Et si, pourtant, c’est non seulement super compatible, mais vraiment nécessaire !

Filles et garçons à l’autel

mariana

Parmi les arguments utilisés pour justifier l’exclusion des filles du service de l’autel, qui tous, je l’avoue, me semblent abscons, il en est un qui m’a toujours fait penser au Moyen Âge (ceci dit sans aucun mépris pour le Moyen Âge, même si moi qui le fréquente beaucoup, vous me voyez bien aise de ne pas y vivre) :

Il paraîtrait que laisser des filles servir à l’autel aux côtés des garçons, à l’âge de l’adolescence, risquerait de troubler ces derniers. Si, si. Les hormones, que voulez-vous, et la nature masculine. (Vous ne l’avez jamais lu ou entendu ? 

Le grand méchant genre

Comité de la Jupe

Voici deux fois que j’entends parler à la messe, dans une homélie, puis une prière universelle, d’une certaine « théorie du genre » promue ces derniers temps dans notre pays. Je ne vais pas vous cacher que les deux fois, j’ai sursauté, sans doute fort peu discrètement, et beaucoup râlé in petto. L’expression avait également été utilisée, ai-je appris, dans certaines réponses au questionnaire qui a précédé le synode sur la famille ; ce jour-là aussi, j’avais râlé.

L’honneur de vivre : Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle Anthonioz

Comité de la Jupe

Malgré tout ce qu’elles ont vécu, comme elles sont tendres ces deux femmes, simples, directes, pétries d’une humanité réconfortante… Et surtout, comme elles savent vite aller à l’essentiel !  Cet essentiel, elles l’avaient déjà inscrit en elles dans leur activité de résistantes, toutes deux engagées dès juin 40 dans le fameux réseau du Musée de l’homme.  Elles l’ont défendu coûte que coûte au milieu de la barbarie des camps, à Ravensbrück. Là, douceur encore, l’une a accueilli l’autre à son arrivée au camp.

Pages