Enfin ! Messeigneurs, lavez ces petits petons qui vous font si peur...

Anne Soupa
21 janvier 2016

Beaucoup de recommandations, depuis plusieurs années, demandaient la modification des consignes du Missel Romain au sujet du lavement des pieds.

En effet, la soudaine bonne volonté romaine, outre qu’elle répond à une demande du pape, va pouvoir mettre fin à une contradiction théologique qui n’avait jusque là choqué que quelques esprits tordus, dont ceux du Comité de la jupe.

Petite leçon de sociologie en cathosphère…

Anne-Joëlle PHILIPPART

Depuis plus d’un siècle, la liberté d’expression et la maturité démocratique ont progressivement fait évoluer nos sociétés vers plus de tolérance, d’égalité et de reconnaissance de toutes et de tous quelles que soient leurs différences. Dans la Cité, il n’y a quasi plus « ni juif, ni grec, ni esclave, ni homme libre, ni homme ni femme » (Ga 3, 28) car tous sont reconnus d’une même humanité. Les valeurs évangéliques ont été intégrées dans l’ADN de la Cité par des siècles d’influence chrétienne.

Pauvres frères religieux ! Vraiment ? Et les sœurs alors ?

Anne-Joëlle PHILIPPART

Depuis 2008, le Vatican cherche une façon de valoriser les religieux frères non prêtres. Ceux-ci, non ordonnés, resteraient trop souvent « au deuxième plan ». La structure de l’Eglise est telle, en effet, que pour y exister véritablement, il faut être ordonné. On peut donc aisément comprendre qu’il ait fallu déployer, pendant 7 longues années, toute la créativité vaticane pour enfin donner à ces consacrés, non prêtres, une véritable dignité. Comment ces frères ont-ils pu accepter et endurer cet état aussi longtemps ?

Du corset aux prothèses mammaires : de mal en pis !

Annick PARENT

À l'initiative d'Annick Parent, l'association « les amazones s'exposent » a été créée en 2007 pour faire reconnaître ce qui était alors tabou en France : des milliers de femmes vivent avec un sein en moins à la suite d'un cancer et ne souhaitent pas de « reconstruction ». Elles n'ont pas à en être stigmatisées pour autant. C'est une différence parmi d'autres, et quoi qu'en disent les médias, la féminité ne tient ni à la forme ni au nombre de seins...

Urgent : non au FN, signons !

Comité de la Jupe
Le vocabulaire de la haine n’est pas compatible avec l’Évangile
 
Citoyens français attachés aux valeurs de la République, en même temps que chrétiens de toutes confessions qui mettons au cœur de notre foi le message évangélique de justice, de paix et d’amour universel, nous éprouvons aujourd’hui une immense tristesse et une profonde inquiétude pour l’avenir de notre pays face à la spectaculaire poussée du Front national.

Tout donner… comme les femmes

Comité de la Jupe

Tout donner… comme les femmes

« Tout donner », voilà le titre que l’équipe liturgique a justement proposé pour ce dimanche du 8 novembre, pour résumer les textes de la Parole de Dieu.

La dernière phrase de Jésus de la partie centrale de l’Évangile de Marc se terminait par ces mots : « Je ne suis pas venu pour être servi mais pour servir et donner ma vie pour la liberté de tous. » (10, 45)

Femmes selon le Synode : tota mulier in utero !

Comité de la Jupe

Dans le rapport final du synode, il existe un paragraphe consacré à « la femme », comme d’ailleurs il en existe un autre consacré à « l’homme ». Le voici, dans son intégralité, traduit par nos soins.  

27. La femme. La femme a un rôle déterminant dans la vie d’une personne, de la famille et de la société. « Chaque personne doit la vie à une mère et quasiment toujours, elle lui doit beaucoup de sa propre existence ultérieure, de sa formation humaine et spirituelle. » (François, Audience générale, 7 janvier 2015)

Si elles entrent, on est foutus

Comité de la Jupe

Combien de fois me suis-je répété, au cours de ces trois semaines de synode, pour réfréner l'impatience rebelle qui m'assaillait : au bout du compte, ils m'ont invitée – et ils m'ont même laissée parler. Moi, une « féministe historique », pas franchement diplomate ni patiente – ils l'ont sûrement remarqué.

Gerson, François, les femmes et la miséricorde

Comité de la Jupe

« À quoi bon affliger davantage encore ceux qui sont déjà dans la peine ? » : ainsi s’interroge le grand théologien (aujourd’hui largement oublié du « grand public ») Jean Gerson au début du XVe siècle. Cette citation hors contexte semble relever de l’évidence. Mais de quoi nous parle Gerson dans le texte dont est extraite cette phrase, et pourquoi l’évoquer en ce XXIe siècle ?

Un récit pour redire Dieu

Rita Amabili-Rivet

Je suis devenue théologienne après avoir fait carrière comme infirmière, auteure, poète, agente de pastorale. J’avais déjà ma famille, une expérience de vie, un bref passage en théâtre, un cours en mise en scène, et une pratique en accompagnement de fin de vie.

Je cherchais à actualiser le sens de ma foi, lentement, à petites doses. Plus j’étudiais, plus j’apprenais, plus je m’enthousiasmais.

Pages