La rencontre interreligieuse d'Assise : la violence occultée

Michèle JEUNET
21/10/2016

À Assise, du 18 au 20 septembre 2016, s’est déroulée la rencontre interreligieuse pour la paix, à l’initiative du Pape François. L’objectif était de « désolidariser les religions et la violence ». Le pape François a eu des paroles fortes comme celles-ci : « Ne nous lassons pas de répéter que jamais le nom de Dieu ne peut justifier la violence. » On ne peut que saluer cette initiative et se réjouir qu’elle ait eu lieu. Cependant, cette rencontre n’a abordé qu’une partie de la question : la violence des religions les unes contre les autres.

Une urgence : Cultiver la paix

Comité de la Jupe

Paris 2016-2017.

Cycle 2016-2017 : Violence et tendresse dans nos relations (voir détail du programme)

Dans le cadre de son projet « Cultiver la paix », la Conférence des baptisé-e-s ouvre une série de 9 ateliers d’enseignement et de partage consacrés à la violence individuelle.

Pourquoi  « Cultiver la paix » ?

  • Parce que le retour actuel de la violence menace directement la paix. Nous avons désormais un devoir, impérieux, celui de travailler pour une culture de la paix ;

Femmes, Église, Monde, le supplément de L’Osservatore Romano

Sylvie DE CHALUS
12/10/2016

En mai 2012 est paru un supplément féminin à LOsservatore Romano, le journal du Vatican, intitulé Femmes, Église, Monde. C’est l’historienne Lucetta Scaraffia qui l’a lancé et qui en est la coordinatrice. Symboliquement, le premier numéro avait choisi la thématique de la Visitation, la rencontre de deux femmes, Élisabeth et Marie. Quatre ans plus tard, c’est un succès. Ce supplément mensuel s’étoffe, il est imprimé en couleur sous format magazine, deux nouvelles rubriques apparaissent, l’une dédiée à l’art, l’autre à la Bible.

Du dernier rang

Anne SOUPA
12/10/2016

Lucetta Scaraffia vient de publier un livre qui fait appel à son expérience, celle du « dernier rang » où sont indument placées les femmes dans l’Église. Son réquisitoire ardent est celui d’une historienne qui rappelle que le christianisme est profondément égalitaire dans sa conception des hommes et des femmes. De quoi applaudir des deux mains ! Avec humour et finesse, elle partage ses nombreuses expériences de l’indifférence ecclésiale actuelle envers les femmes et entraîne son lecteur vers les éclairages inédits que sa grande culture permet.

En refusant de pratiquer la langue de buis le pape François prend le risque de ces polémiques par quoi la société se défausse de tout débat avec l’Église.  

René Poujol
07/10/2016

Les papes devraient se méfier des « petites phrases » livrées, comme ça, aux journalistes, dans les avions qui les ramènent de voyages à l’étranger. Surtout à l’ère de twitter et des réseaux sociaux. On se souvient du tollé mondial provoqué, en mars 2009, par les propos de Benoît XVI de retour d’Afrique, expliquant à propos du Sida : « On ne peut le résoudre en distribuant des préservatifs.

La « théorie du genre » expliquée aux cathos – par une catho

TELLOU
2 oct 2016

Je suis catho. Je suis féministe. Non ce n’est pas incompatible. Alors quand je lis à nouveau (pour la énième fois…) que le pape condamne la « théorie du genre », encore une fois j’ai envie de m’arracher les cheveux et de sortir de mes gonds.

Alors parce qu’apparemment un petit rappel n’est jamais vain, voici quelques points de base pour savoir de quoi on parle.

Missionnaire en Équateur pendant 31 ans, Sœur Inès Wenner est pleine de reconnaissance. Voici une partie de son témoignage donné à l’occasion de son jubilé de 60 ans de vie de Sœur de la Divine Providence.

Agnès WENNER
5/10/2016

Missionnaire en Équateur pendant 31 ans, Sœur Inès Wenner est pleine de reconnaissance. Voici une partie de son témoignage donné à l’occasion de son jubilé de 60 ans de vie de Sœur de la Divine Providence.

Je vais partager avec vous des faits qui sont pour moi motifs d’action de grâces.

Femmes dans l’Église, le visage d’une réelle modernité

Comité de la Jupe

L’Église est un mot féminin. Et selon le pape François, nous ne pouvons pas faire de la théologie en faisant abstraction de cette féminité. Il voudrait même que, dans cette Église moderne, la présence féminine y soit encore plus incisive ! Le ton est donné !  

« Ce que j’ai promis, je vais le faire » (pape François) : une étude sur l’admission des femmes au diaconat

Comité de la Jupe
31 juillet 2016

Le jeudi 12 mai 2016, le pape François a reçu en audience les 870 Supérieures générales réunies à Rome pour participer au congrès triennal de l’Union Internationale des Supérieures générales (UISG). L’association rassemble les deux mille responsables de communautés regroupées en constellations formées sur la base d’un ou de plusieurs pays.

Une rencontre sur le mode de la conversation

Une première : une femme à la tête de l’association des théologiens indiens !

Comité de la Jupe
31 juillet 2016

Petite fille dans mon village sans prétention du Kerala, au sud-ouest de l’Inde, jamais je n’aurais pensé qu’un jour je serais religieuse, et encore moins théologienne ! Et pourtant c’est ce que je suis aujourd’hui : religieuse de la Présentation de la Vierge Marie et théologienne féministe. Au tréfonds de moi-même, je sens que c’est ce que Dieu voulait pour moi et je suis heureuse d’être théologienne dans l’Église en Inde.

 

Ilia Delio, une femme libre – 3/3

Comité de la Jupe
25 juillet 2016

La recherche de sens, soif de notre époque, est un souci qui motive une grande partie de l’œuvre de Delio. Bien qu’elle soit maintenant Professeure invitée et Directeure des études catholiques à l’Université de Georgetown, elle semble peu encline à traiter de théologie au sens universitaire traditionnel. « Je voudrais faire de la théologie avec les gens dans les centres commerciaux, dans les jardins publics ou sur ‘Facebook’, dit-elle. Je crains que nous ne soyons devenus l’espèce la plus éloignée de la nature.

L’itinéraire d’Ilia Delio – (2/3)

Comité de la Jupe
12 juillet 2016

Denise Delio, née en 1955 dans une famille d’immigrants italiens, a passé son enfance dans l’état du New Jersey. Sa mère était infirmière et son père travaillait pour la compagnie de chemins de fer. Dès son plus jeune âge, Denise Delio s’est rêvée religieuse, malgré tout ce que sa mère, sicilienne échaudée par l’expérience monastique négative de sa propre sœur, a pu faire pour l’en décourager.

Ilia Delio, une religieuse américaine qui ne manque pas de tonus ! (1/3)

Comité de la Jupe
1er juillet 2016

Les religieuses américaines (regroupées dans la LCWR) ont été sous le feu des projecteurs à l’occasion du bras de fer qui les opposa au Vatican. En 2012, leur présidente, Pat Farell, avait prononcé, à l’occasion de leur assemblée annuelle, une conférence remarquable (mise en ligne sur ce site sous le titre « la tranquille intranquillité des religieuses américaines » ¹ ). Une année plus tard, en 2013, c’est Ilia Delio, tout aussi tonique, qui tient une conférence.

Pages