Lettre aux religieuses

Comité de la Jupe

La lettre qui suit est à votre disposition, pour que vous la fassiez parvenir à vos amies religieuses. En effet, depuis sa création, le Comité de la Jupe est attentif à la dignité des femmes dans l’Église. Or nous constatons que les religieuses n’ont pas de visibilité, ni dans les églises, ni dans les médias, catholiques ou non. Leur vie est méconnue. Leur action, discrète, est appréciée des personnes qui les côtoient mais n’est ni connue ni reconnue comme il se devrait.

Être proches de tous, et tous différents

Comité de la Jupe

Soeur Regina, qui ne nous a pas dit à quelle congrégation elle appartient, probablement une congrégation marquée par la spiritualité de la Sainte Trinité, a choisi, elle aussi, de reprendre les questions posées par le Comité de la Jupe :

1- Ma passion, c’est Dieu Trinité !

Et c’est à la Trinité que j’ai donné ma vie, il y a plus de 20 ans.

C’était ça ou rien. Je veux dire : c’était l’essentiel pour moi car Dieu Trinité, c’est l’Amour et c’est cela que je cherche à exprimer dans ma vie quotidienne.

L’important, c’est d’être avec les autres

Comité de la Jupe

Le témoignage suivant vient d’une autre sœur des Sacrés Cœurs, comme Soeur Claudia Logeais. Elle s’appelle Soeur Odile. Elle a repris dans l’ordre les questions posées par le Comité de la Jupe et nous donne sa réponse :

 

La passion de votre vie ?

« Quelqu'un : Jésus-Christ ». « Son Nom jaillit en moi, comme une Source vive », suite à la prise de conscience d'un appel : viens et suis-moi" (Marc 10,21.)

« POUR QU'ILS AIENT LA VIE »

Comité de la Jupe

C’est ce verset de l’Évangile de Jean qui a toujours habité ma vie, mon action, mon cœur.

Ceci m'a conduit vers ceux qui en sont en partie privés : «Nous sommes en vie mais nous ne vivons pas ». Qui sont-ils ? Ceux qui ne mangent pas à leur faim, qui ne savent ni lire ni écrire, qui n'ont pas de domicile, de chez soi, pas de quoi se soigner, pas d'éducation, de travail, de relations amicales et affectives, qui ont un handicap...

Au jour le jour, la vie dans une cité marseillaise

Comité de la Jupe

Voici le premier des témoignages de religieuses que nous allons publier sur le site. Il comporte deux articles et émane de Jeanine et Danielle. Les Franciscaines missionnaires de Marie, à l’exemple de François d’Assise, se rendent disponibles sur les cinq continents, pour la mission, celle annoncer l’Évangile à ceux qui ne le connaissent pas, avec une préférence pour les plus pauvres : « Le Christ contemplé nous envoie à nos frères… et nos frères nous renvoient à la contemplation du Christ ». (Constitutions 3)

Tabou ?

Comité de la Jupe

Comme l’a si bien résumé Christine Pedotti «  Soyons sérieux, on n’est pas pour l’avortement, pas plus qu’on est pour la guerre. Mais parfois, il faut faire la guerre ».

Par un récit douloureux récompensé par le 1er Prix de dissertation organisé par la Fédération Internationale pour la planification familiale à l’occasion de la célébration de ses 60 ans, Alizata KOUDA, du Burkina Faso, invite le lecteur à dépasser le débat du droit à la vie et du droit à disposer de son corps pour entrer en empathie avec la souffrance des femmes acculées à l’avortement.

Pages