Le procès de Viviane Amsalem

PMZ

vivane-amsalem« Le procès de Viviane Amsalem » est un film à voir et de toute urgence ! Il ne s’agit pas d’une œuvre israélienne « exotico-religieuse », mais d’un récit qui va aux racines des rapports hommes-femmes dans toute société quand elle laisse trop d’espace aux religieux -qui aspirent, in petto, à l’institution d’une théocratie étendue.

 Le procès se déroule dans une unité de lieu qui sert le temps long et tous les mouvements intérieurs qui traversent les personnages. Devant un tribunal rabbinique, Viviane demande le gett  -procédure de répudiation- à son mari Elisha, juif orthodoxe. Selon la tradition, seul l’époux peut prononcer le gett que le tribunal entérine. Pendant deux heures nous sommes littéralement happés par la surdité organisée de tous ces hommes, radicalement fermés au désir incongru de Viviane : être libre, au sens noble du terme. Mais aussi étonnés par la fière opiniâtreté de Viviane qui ne quitte pas le champ du religieux ; elle exige son droit, la justice selon Dieu. Elle renoue ainsi avec les plus belles figures de femmes de la Bible ! Toutes les configurations sont examinées, des myriades de témoins et d’éléments -souvent sans rapport avec la demande de Viviane- sont convoqués et subvertis. Le suspens va crescendo … jusqu’au dénouement.

Deux mots sur la répudiation et sur le divorce. Dans le divorce, la société cherche, même de manière imparfaite, un équilibre entre les parties, une manifestation de la volonté des protagonistes dans le respect du/des plus faible(s). La répudiation, elle, s’inscrit dans les traditions patriarcales radicalement inégalitaires : la femme « appartient » à l’homme. C’est précisément contre ces iniquités faites aux femmes que Jésus, juif pratiquant, s’élèvera au fil des évangiles, en paroles et en actes, par sa qualité d’être avec ses sœurs en humanité. Difficile de ne pas faire de rapprochements avec ce qui se passe actuellement notamment en Église : de multiples tentatives de rendre acceptable un retour plus ou moins masqué aux habitus anciens dont certains débats sur la famille sont le triste révélateur.

Voilà un film intelligent et sensible qui touchera tous ceux qui cherchent à renoncer à leur « cœur de pierre »

 PMZ

Dans les salles depuis le 25.06.2014, ce film tous publics dure 1 h 55 mm. Distribution : Ronit Elkabetz, Simon Abkarian, Sasson Gabai, Menashe Noy, Rami Danon, Roberto Pollak, Eli Gornstein. Distribué d’abord en Europe, ce film sera projeté en Israël.

  
Share

Commentaires

J'ai vu le film, qui est poignant. deux moments forts, et criants de vérité, à mon avis: lorsque Viviane crie aux juges qu'ils ne l'écoutent pas et regardent que son mari; l'autre quand elle explique que ce qui intéresse Elisha (le mari), c'est de s'assurer qu'elle ne soit pas heureuse, jusqu'à la fin de ses jours…Or dans un certain nombre de divorces conflictuels en Europe, c'est aussi ce qui est à l'oeuvre. les hommes ne supportent toujours pas que ce soit l'épouse qui prenne l'initiative de la séparation; et si la "punition" n'est pas un refus d' acte de divorce, elle peut prendre d'autres formes. Quant à l'Eglise, elle me parait très coupable:détournant , en effet, les paroles du Christ sur l'iniquité de ce système de répudiation, ils en ont profité pour ligoter les femmes d'une autre manière, avec le mariage indissoluble. On ne peut penser que les tribunaux religieux soient une bonne chose: plébisciter les annulations de mariage, c'est aussi s'en remettre à des jugements d'ecclésiastiques. Viviane Amsellem est la soeur de Simin, l'Iranienne de "Une séparation"; et de toutes les femmes enchaînées à un homme qu'elles n'aiment plus.

Je suis pour ma part assez consternée qu'il faille ce film pour que les gens découvrent cette situation de nos soeurs juives israéliennes. Il y a des années, la cinéaste et documentariste israélienne Anat Zuria avait déjà parlé du problème avec un documentaire primé: Condamnées au mariage. Elle y parlait du quotidien des femmes mariées voulant divorcer en Israël et ne pouvant le faire. Je mets les liens sur le documentaire visible sur dailymotion: http://www.dailymotion.com/video/x5o2yf_juive-condamnee-au-mariage-1-3_news http://www.dailymotion.com/video/x5o2cz_juive-condamnee-au-mariage-2-3_news http://www.dailymotion.com/video/xa3kox_judaisme-les-femmes-condamnees-au-m_news Pour comprendre comment ces femmes en arrivent là, il faut voir également l'autre documentaire formidable d'Anat Zuria et très éducatif: Purity. http://www.dailymotion.com/video/x25g5c_purete1_news http://www.dailymotion.com/video/x25fwq_tehora-purete-2_shortfilms http://www.dailymotion.com/video/x25flx_tehora-purete-3_news Le pire étant que même les mouvements juifs libéraux et les femmes rabbins, prônent ce fonctionnement y compris en France. Je lisais il y a un an ou deux un discours de Delphine Horvilleur sur la question et elle défendait ces pratiques oppressives et discriminatoires...Ce qui montre bien que la conquête du pouvoir religieux par les femmes n'est pas génératrice de progrès et de sortie des aliénations religieuses dans lesquelles elles ont été plongées par les hommes. Il faut une réelle conscience politique qui permet de contester l'oppression religieuse quelle qu'elle soit.

Vous posez là une excellente question, Françoise, et je suis bien d'accord: il ne suffit pas que des femmes accèdent à des fonctions de "prêtre", (rabbin, etc..) pour que la situation des femmes change, car, comme je l'ai déjà dit ds un autre commentaire, si elles ont l'esprit formaté par les dogmes masculins, elles ne sont que des courroies de transmission de la domination masculine. De plus , pire ,elles servent d'alibi! Et dans l'Eglise catholique, il est à craindre aussi que certaines dames , arrivées à des postes de pouvoir,ne jouent la droite ligne de la répression sur la contraception, l'avortement,,le divorce, l'homosexualité. Etre une femme n'est pas une panacée.

Bonjour Michelle Vous avez déjà l'exemple en politique. Les femmes au pouvoir ne sont pas forcément progressistes...La plupart sont même plutôt conservatrices. Et celles qui sont ou ont été progressistes au plan politique, ont été et sont très souvent menacées et par leurs consoeurs et par leurs confrères. Je pense en écrivant cela à Gisèle Halimi qui s'était reçu à maintes reprises en défendant les femmes et les plus pauvres à l'Assemblée Nationale, des enveloppes avec des petits cercueils dessinés et des menaces aussi bien de femmes que d'hommes politiques. Elle raconte ces pressions et menaces reçues dans son petit livre "Ne vous résignez jamais!", disponible en livre de poche.

Bonjour, Je viens de voir ce film et je suis sortie de la salle bouleversèe. Je me pose une question : où mène la porte qui se referme sur Viviane. La religion catholique a ses couvent où sont cloîtrés certaines soeurs. Y a -t-il la même chose pour les juifs?

Ajouter un commentaire