Un nouvel adhérent au Comité de la jupe... Et quel adhérent ! Benoit XVI en personne !!!

Comité de la Jupe

Benoît XVI lui même nous écrit en commençant par nous parler de l'expérience du Feu de Dieu...:

"En parlant de feu, Jésus fait d'abord allusion à sa passion de l'amour et donc à un feu ; elle est le nouveau buisson ardent qui brûle sans se consumer, un feu qui doit se répandre.

Jésus ne vient pas pour rendre la vie facile, mais il apporte le feu sur la terre, le grand feu vivant de l'amour de Dieu, qu'est le Saint Esprit, un feu qui brûle. Origène rapporte une parole apocryphe de Jésus : "Qui m'approche approche du feu." Celui-là donc qui l'approche doit être prêt à se laisser enflammer.

Le feu qui brûle n'est pas un feu qui détruit, mais un feu qui éclaire, qui purifie, qui libère, qui fait grandir.

Etre chrétien, c'est risquer de s'exposer à ce feu-là avec confiance.

Le Christ est celui qui nous apporte la paix. Je dirais que c'est là le sens premier. Mais nous ne pouvons vraiment comprendre cette paix qu'apporte le Christ que si nous ne la concevons pas comme un échappatoire aux souffrances, ou à la vérité et aux débats qu'elle entraîne.

Si la seule préoccupation de l'Église était d'éviter les conflits, pour qu'il n'y ait pas de remous, son message spécifique ne passerait plus. Car le but de ce message est aussi de débattre avec nous, d'arracher les hommes au mensonge et de faire la lumière et la vérité. Il n'y a pas de vérité au rabais. Elle est exigeante et même brûlante."

Benoît XVI, Voici quel est notre Dieu, Plon, 2005, p 157-158

Alors aurons-nous la surprise et la joie d'avoir comme premier marcheur d'honneur le 11 octobre prochain, un soutien de si grande qualité ?

Déjà cette marche n'est plus, dès lors, la marche des seuls "laïcs citoyens" mais bel et bien celle des "cathos citoyens".

La Parole nous habite tous, de notre vénérable Benoît XVI au catho le plus anonyme...
Laissons-nous nous exposer au Feu qu'elle révèle en nous !

Alors encouragé par un tel frère,
ne résistons pas à la joie de faire circuler cette parole entre nous.
Apprenons à la débattre ensemble, sans crainte, sans voile et sur la place publique !

.....................

Mais déjà sans attendre le 11, faisons un pas de plus dans le débat ainsi engagé :

- Pourquoi cette interrogation demeure en nous lorsque nous entendons ces propos : vont-ils au terme de ce qu'ils disent ?
- Tirent-ils les conséquences qui s'imposent ?

Car bien souvent l'expérience nous donne de percevoir comme deux types de discours dans le Magistère : un "très feu" lorsqu'il parle ad extra, et un "plus tiède" ad intra...

Or n'est-ce pas au même Feu que, tous, nous sommes appelés à nous laisser brûler ?

Cela ne signe-t-il pas dès lors un problème de confiance entre nous ?
Non pas qu'il faille avoir une confiance naïve, fleur-bleue, mais celle qui traverse les désillusions et qui s'enracine dans la bienveillance du Père unique.

Or si nous nous faisons vraiment confiance mutuellement, alors nous pouvons nous parler en partenaires à égalité, non dans une relation disymétrique Majeur-mineur, Supérieur-inférieur, Adulte-enfant, Maitre-serviteur.
Suivant en cela Jésus lui-même :
"Je ne vous appelle plus serviteurs, mais amis" (Jean 15, 14-15).

Share

Ajouter un commentaire