Un évêque enfin le déclare : l’Église devrait songer à ordonner des femmes !

Comité de la Jupe
1 juin 2015

L’évêque de Ballarat en Australie, Paul Bird, vient de déclarer que l’Église devrait songer à ordonner des femmes, et à oublier 2000 ans de tradition. 

Certes, cette affirmation intervient au cours d’un procès mettant en cause 14 de ses prêtres pris dans des affaires anciennes de pédophilie, avec des dommages financiers à payer qui dépassent les ressources de son diocèse. C’est à l’occasion de ces auditions en justice que Paul Bird a reconnu que s’il y avait des femmes dans son clergé, les choses iraient mieux. Mais, point à souligner et à retenir, il ajoute qu’il ne voit aucune contradiction avec les Écritures dans le fait qu’une femme puisse être ordonnée prêtre : « C’est uniquement affaire de tradition lente à faire bouger », explique-t-il.

Saluons ce premier pas d’un évêque catholique.

Voir l’article

http://www.heraldsun.com.au/news/victoria/catholic-church-should-consider-ordaining-women-priest-says/story-fni0fit3-1227374328949?sv=a5c30e490af083d29f9287f7fcadcf4b

 
Crédit photo: 
photo: Eddie Jim
Share

Commentaires

Auteur du commentaire: 
Jean-Pierre
Qu'un évêque dise cela est un signe tardif, isolé et précautionneux  ... On en reparle dans 50 ans, 200 ans, ... C'est ce qu'à exprimé ce 27 mai, le secrétaire d'Etat du Pape considérant le référendum en Irlande comme une "défaite pour l'humanité". Comme d'habitude, l'institution autosatisfaite refuse d'entendre l'Eglise et dit qu'elle doit mieux s'expliquer, comme a dit l'archevêque de Dublin! Pendant ce temps, les plus de 65 ans qui aident l'institution à faire semblant d'exister encore un peu va passer le témoin à des générations qui ne veulent plus avoir affaire à l'institution (sondage CSA le catholicisme en France, mars 2013).  Qui n'est plus catholique, l'institution ou l'Eglise? Quant au sondage BVA le Parisien d'avril 2014, il indique que 85% des ktos français souhaitent des responsables de communautés hommes ou femmes, mariés ou célibataires. Par extrapolation, la question n'ayant pas été posée, il faut ajouter travaillant ou non et pouvant changer de secteur d'activité en cours de vie. L'institution a-démocratique qui récuse la prééminence d'un sensus fidei qui dispose désormais des savoirs et des techniques pour s'exprimer et se faire entendre, ... ne peut que disparaitre, dans sa forme ancienne héritée du concile de trente et d'un clergé qui, globalement, a renié la dynamique prudente du concile Vatican II. Mais il renaitra quelque chose: l'espérance est plus forte que la mort.

Auteur du commentaire: 
Jean-Pierre
Les accusations portées contre le Cardinal Pell et la qualité de l'accusateur sont terribles pour le Pape François et l'institution. La défense vigoueuse du cardinal, en paroles pour l'instant, soutenu a minima par le Vatican indiquent que le successeur de Benoit XVI est atteint de manière au moins aussi cruelle que ce dernier lors de l'affaire Maciel. Que les faits relèvent de la malveillance, de l'affabulation ou qu'ils soient reconnus par la justice Australienne,  il n'est pas humainement possible que ce séisme ne laisse pas de traces profondes. En tous cas, comme dans le "cas Maciel", les cloches ont sonné depuis des années comme l'indique la pétition adressée au pape François par trois évêques émérites australiens de 2013, dont l'ancien bras droit de Pell, responsable aussi de la commission épiscopale d'enquête sur les abus sexuels qui avait saisi JPII en 2002, ... suite à quoi il avait été prié de la fermer, notamment par le bon à rien qui s'est illustré à propos du Brésil, un certain Cardinal Ré !!! François rendra-t-il l'éminent service à l'Eglise de démissionner après avoir proclamé que, bien que faillible, il déclare l'institution  illlégitime en matière de famille et de sexualité?!  http://www.cath.ch/newsf/ils-lancent-une-petition-sur-internet-a-l-adresse-du-pape-francois/

Ajouter un commentaire