Sainte Marie-Madeleine, ce 22 juillet

Comité de la Jupe

Nous fêtons ce jour Marie-Madeleine, appelée dès le 2e siècle « l’Apôtre des Apôtres », car c’est elle qui a été annoncer la résurrection du Christ aux Apôtres, à la demande même de celui-ci.

Marie-Madeleine, la première à avoir vu le Christ ressuscité.

Marie-Madeleine qui a entendu le Christ lui dire :« Noli me tangere », « Ne me touche pas » et a compris que celui-ci resterait toujours présent, mais d’une autre manière.

Marie-Madeleine, qui console et porte secours à tous ceux que la mort d’un proche accable, car elle leur promet que les portes de l’avenir se réouvriront, d’une autre manière.

Marie-Madeleine, assimilée au 6e siècle, par le pape Grégoire le Grand, à la pécheresse pardonnée (Luc 7, 36-50).

Marie-Madeleine dont on a inventé le corps – et même plusieurs corps !- pour avoir des reliques (Vézelay, La Sainte Baume, Aix en Provence).

Marie-Madeleine, peu à peu dépossédée de son rôle d’apôtre par une Église masculine, pour laisser Pierre prendre toute la place.

Marie-Madeleine, transformée, au fil du temps, en prostituée capable des plus grands « excès de chair » (quel frisson délicieux pour ces messieurs qui la plaçaient dans ce rôle !)

Marie-Madeleine dont le nom, en anglais (« Magdalen »), a pris le sens de « prostituée ».

Marie-Madeleine dont on a fait le modèle de la mièvrerie pleureuse.

Marie-Madeleine qui incarne la puissance du pardon de Dieu – Dieu merci, Dieu pardonne ! – Mais c’est Pierre qu’on a ainsi libéré de son reniement peu glorieux.

Marie-Madeleine que l’on voit pourtant jusqu’au 16e siècle en vêtements sacerdotaux, en chaire, en train de prêcher (Vitrail de Klagenfurt, fresques d’Auron…)

Marie-Madeleine à qui des femmes courageuses, historiennes, biblistes, essaient aujourd’hui de rendre sa vraie place.

Marie-Madeleine, nous te fêtons avec joie, nous les femmes. Tu es notre grande dame, notre fierté, notre espérance.

Vois ce qu’est devenue la parole des femmes dans l’Église de ton Seigneur et viens à notre secours !

Anne Soupa

Share

Ajouter un commentaire