RTL, le 11/10/09 à 12 h... le scoop !

Comité de la Jupe

rtl

Interview sur RTL le 11 octobre à 12 h

5926990242_lesdessousecran160

Christophe Decroix : Invitée de RTL midi Anne Soupa, bonjour ! Vous êtes théologienne et fondatrice du Comité de la Jupe qui organise en ce moment même des marches à travers toute la France. La première marche des cathos citoyens. Alors il faut d’abord rappeler en un mot dans quel contexte vous avez créé le Comité de la Jupe il y a maintenant un peu moins d’un an ?

Anne Soupa : C’était à la suite d’une parole malheureuse concernant les qualités des femmes et nous considérons maintenant que la page est tournée. Nous, nous avons élargi notre base et notre réflexion et nous regardons vers des questions plus larges.

C.D. : Alors pour rappeler plus précisément c’était Mgr Vingtrois archevêque de Paris qui avait dit à propos de la place des femmes dans l’Eglise : « Le tout n’est pas d’avoir une jupe, c’est d’avoir quelque chose dans la tête. » D’où le Comité de la Jupe aujourd’hui. Quel est le but de votre marche, des marches qui sont organisées un peu partout en France aujourd’hui ?

A.S. : Nous voulons contribuer à la création d’une opinion publique crédible dans l’Eglise. Les laïcs, les prêtres, les religieux, les religieuses, ont très rarement voix au chapitre, sont très rarement entendus et on arrive à une situation très paradoxale : lorsque l’on veut savoir ce que pensent les catholiques, il ne reste que le sondage… C’est tout de même dommage !

C.D. : Ca veut dire que vous êtes un peu les syndicalistes de l’Eglise ?

A.S. : Pas du tout ! Nous ne sommes ni « tradis » ni « progressistes » : nous sommes résolument « au centre », résolument de « l’intérieur ». Et nous avons décidé une fois pour toutes que nous ne voulions ni nous taire, ni partir !

C.D. : Alors aujourd’hui c’est justement la date anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II. C’était en 1962. C’était un Concile qui avait été une ouverture de l’Eglise sur le monde ? Est-ce que vous avez le sentiment aujourd’hui qu’il est remis en cause par le Pape ?

A.S. : Oh il y a un recul certain des principes de Vatican II. En particulier sur la question de la collégialité dans l’Eglise, c’est évident !

C.D. : c'est-à-dire que vous diriez que c’est un Pape réactionnaire ?

A.S. : C’est un Pape qui ne regarde pas beaucoup vers l’avenir…

C.D. : Cela veut dire quoi ça précisément ?

A.S. : C'est-à-dire qu’il est pris dans une entreprise de restauration d’une certaine structure de l’Eglise. Et que nous considérons qu’il est urgent de préparer l’avenir. Et de regarder vers une organisation plus adaptée aux besoins de nos contemporains afin que l’annonce de l’Évangile soit mieux assurée.

C.D. : A l’issue de cette marche vous devez faire une annonce importante que vous nous révéler sur RTL, de quoi s’agit-il ?

A.S. : Ecoutez il s’agit de donner à tous les catholiques de France les moyens d’être adultes, d’être respectés dans leur Eglise, et d’avoir voix au chapitre. Effectivement nous souhaitons qu’une instance soit créée dans ce domaine, dans cette vocation afin que l’annonce de l’Évangile soit meilleur pour l’avenir.

C.D. : Quel genre d’instance ? C’est pas très clair là… On a un petit peu de mal à comprendre pour l’instant…

A.S. : Et bien nous pensons créer la Conférence des Baptisé-e-s de France…

C.D. : Qui consisterait en quoi alors ?

A.S. : Cette décision nous oblige à réfléchir très sérieusement sur la représentativité, sur les moyens, et sur les missions surtout. Et ces missions déjà nous les voyons au nombre de trois : un ministère d’écoute, un ministère de bénédiction et un ministère d’espérance !

Share

Ajouter un commentaire