Quand les Pères de l'Eglise soutiennent le Comité de la jupe

Comité de la Jupe

gregoire

Je ne résiste pas au plaisir de vous citer ces deux extraits de textes de l’époque patristique (tirés, bien sûr, de Sources Chrétiennes).
Le premier est d’un pape: Grégoire le Grand (pape de 590 à 604): dans la 25ème Homélie sur l’évangile, il commente la parole de Jésus ressuscité à Marie (Madeleine): “Ne me touche pas”.
Ces mots montrent que Marie a voulu embrasser les pieds de celui qu’elle a reconnu. Mais le maître lui dit: “Ne me touche pas”. Ce n’est pas qu’après sa résurrection, le Seigneur a refusé d’être touché par des femmes, puisqu’il est écrit des deux femmes qui viennent à son tombeau: “Elles s’approchèrent de lui et lui saisirent les pieds” (Mt 28, 9). (Homélie 25, 5; trad. G. Blanc, Sources Chrétiennes n° 522, p. 117-119).
Voilà un avis autorisé à opposer à ceux (celles?) qui pensent qu’une femme ne peut approcher de l’autel, ni une fille être enfant de chœur... (La suite explique que “Jésus monte vers son Père dans notre cœur, lorsque nous le croyons égal au Père”; c’est donc la foi, et nul autre critère, qui permet de “toucher le Seigneur”.)

Le deuxième texte concerne autre chose: la compatibilité de l’état de vie conjugal et du “sacerdoce”. Mais il émane du pouvoir civil et non d’une autorité ecclésiale: c’est une loi du Code théodosien qui ne veut pas qu’on fasse pression sur les clercs qui étaient mariés avant leur ordination, pour qu’ils se mettent à vivre en célibataires. Je trouve ce qui est dit magnifique:
Et même une chaste affection exhorte à ne pas abandonner celles qui, avant le sacerdoce de leurs époux, leur avaient été unies en mariage légitime. En effet, il n’est  nullement déplacé de voir unies aux clercs celles qui, en partageant leur vie, les ont rendus dignes du sacerdoce.
Code Théodosien XVI, 2, 44, trad. J. Rougé, SC 497, p. 211. C’est une loi datable de 420, promulguée par les empereurs Honorius et Théodose. Quand le pouvoir civil donne des leçons d’humanité à l’Eglise!!!

Bernard Meunier, chercheur au CNRS, est directeur de l'Institut et de la collection des « Sources Chrétiennes » à Lyon.

Share

Ajouter un commentaire