PETITES PHRASES ASSASSINES.

Comité de la Jupe
Suivie d’un rassemblement, une pétition a réuni en quelques jours 13 000 signatures de femmes et d’hommes à l’initiative d’« Osez le Féminisme ». Elle fustige le déferlement, depuis la semaine dernière, de « petites phrases » sexistes concernant l’affaire DSK, et publiées avec complaisance par les médias. Ces interventions, impulsées par une solidarité masculine fort archaïque, oubliaient que si l’accusé bénéficie de la présomption d’innocence, la plaignante bénéficie aussi d’une présomption de bonne foi. Mais le plus grave de ces petites phrases, a été la dédramatisation, la banalisation du viol, dans des termes parfois touts droit sortis d’autres siècles. « Il n’y a pas mort d’homme »  a dit un politique, visiblement ignorant qu’il parle d’une suspicion de crime. Un journaliste évoque un « troussage domestique », ajoutant au sexisme une connotation de classe plus que déplaisante. Enfin, un philosophe célèbre laisse entendre que la victime a peut être cherché ce qui lui est arrivé. Nous avons donc été nombreux à avoir la nausée de tels propos. Cependant, trois semaines plus tôt, un acteur clamait haut et fort sur une chaine publique que les personnes prostituées « faisaient ce métier parce qu’elles ne voulaient pas travailler (sic) », et tirait à boulets rouges sur les mouvements féministes qui approuvaient le projet de loi sur la taxation des clients. Je me suis souvenue alors que la fondation de notre mouvement avait eu pour cause une autre « petite phrase » d’un archevêque ; moins violente, certes, mais attentatoire à la dignité des femmes. (Et dont il s’est excusé, ce que ne semblent pas vouloir faire les autres orateurs) La somme de ces petites phrases, qui couvrent toutes les sphères de la société française, dresse une cartographie cruellement réaliste de la véritable situation des femmes françaises. Les beaux discours sur l’égalité ne sont là que pour le « politiquement correct » et la pêche aux électrices. (À la lumière de ces petites phrases, l’indignation sur le voile au nom de cette même égalité apparaît comme une bouffonnerie). Si les statistiques nous rappellent que le pouvoir économique et politique est toujours aux mains des individus de sexe masculin (16,9% de sénatrices, 13% de députées, 10% de femmes chefs d’entreprise..), les « petites phrases » lâchées nous montrent que l’inconscient collectif est à ce point imprégné de la domination masculine, qu’il considère son point de vue comme universel. Par ailleurs, si l’on adopte un point de vue chrétien, notre solidarité doit aller aux plus vulnérables. C’est peut être ce qu’ont mieux compris que nous les citoyens des États- Unis, qui préfèrent actuellement montrer du respect à une femme noire, réfugiée et mère célibataire, exerçant un métier de domestique, plutôt que croire d’emblée à l’innocence d’un homme blanc, riche et puissant… Michelle C. Drouault
Share

Commentaires

Maintenant que a lumière est faite il y en a qui doivent se sentir bien bêtes. Quand à la "pauvre femme de ménage africaine" je la laisse à son triste sort. A-t-on encore le droit d'être riche, intelligent et juif ? Certains commentaires me donnent la nausée. Les catholiques "de gauche" ne valent pas mieux que les catholiques tout court. Je l'avais dit l'antisémitisme est hélas ! toujours vivant.

J'ai signé la pétition après avoir entendu ces horribles propos et d'un politique et d'un journaliste.Quel mépris de la femme et de plus d'une domestique! Je suis toujours stupéfaite en 2011,comme je l'étais étudiante en médecine,dans les années 50 quand certains jeunes étudiants de mon année(sans expérience..),élevés dans un bon collège religieux croyaient aux propos de leurs prêtres sur le viol«comment pouvez vous mettre un fil dans le chat d'une aiguille qui bouge tout le temps....» Le passage de la femme adultère est à relire.Le violeur de la petite brésilienne n'est pas excommunié,n'est ce pas?

BRAVO je propose d'ériger une statue à cette femme de ménage africaine, sur le parvis des droits des hommes et des femmes, à Paris.

Ce parfum style années 30 est nauséabond. Pourquoi style années 30? Eh bien simplement parce que proposer à une société paumée des boucs émissaires et de la peur, est un vieux truc qui marche bien. Alors, réfugiés, musulmans, et même femmes puisqu'il n'y a plus les chers communistes de la génération précédente font l'affaire! Tous ceux qui, dans l’Église, mettent l'ordre traditionnel au dessus de l'Amour que Dieu nous porte sont coupables, et plus ils sont élevés dans la hiérarchie plus ils le sont car ils n'appuient pas cette tendance par hasard, pas par erreur; au contraire ils savent très bien ce qu'ils font! Quant à ceux qui choisissent de se taire ou de détourner les yeux, ils sont hélas très nombreux, et complices. Merci Michelle.

juste un mot sur un fait réel.... viol à la sortie d'un collège d'une jeune de 4ème par un jeune même classe filmé par un 5ème ou 6 ème .....par un téléphone portable et montré en récréation c'était il y a 2 ans , je crois ....mais cela arrive régulièrement.... gâchis terrible.... mais le plus grave c'est la non conscience de la classe du petit qui s'inquiétait du sort du copain et non de la jeune fille et la réaction des 4èmes : elle l'a cherché.... peut-être ......je ne juge pas .....sur ce point mais de toute façon c'est un crime, c'est une atteinte à la dignité d'un être humain, c'est une blessure à vie..... je me suis toujours posée la question du silence de l'Eglise sur ces sujets ......par rapport aux réactions vis à vis de l'embryon....... il y a derrière une méconnaissance complète des dégats faits , de la femme.....une image de celle-ci encore comme la tentatrice .... qui est le plus coupable : le violeur ou la violée????? aux yeux de cette Eglise masculine la réponse n'est pas si claire.. il faudrait peut-être relire plus souvent le passage de la femme adultère.... dans l'adultère, dans l'IVG il y a un homme et une femme.....engagés.....et non une tentatrice et une victime.....l'homme bien sûr.... tant que des hommmes et des femmes n'auront pas à égalité droit à la parole en Eglise sur ces sujets on ne s'en sortira pas!!!!!

bonjour Michelle Merci pour votre article. J'espère que nous serons nombreuses à adhérer à ce mouvement "osez le féminisme" car le combat est encore loin d'être gagné, comme le montre les réactions sexistes que vous signalez. Personnellement j'ai envoyé mon bulletin d'adhésion. la plupart des mouvements féministes sont indifférents ou hostiles au christianisme. Et on les comprends! Mais c'est aux femmes et aux hommes chrétiens de les rejoindre pour unir nos forces et en "prime" à montrer qu'on peut être féministe et chrétien! Michèle Jeunet

Moi je suis pour la justice. Attendons d'en savoir plus avant de tirer à boulets rouges sur un homme politique et un grand économiste qui a edessé la FMI. Pour le moment nous n'avons que la version de l'accusation, attendons de savoir ce que va die la défense. J'ai l'impression que lon attaque DSK parcequ'il occupe un poste important (et n'y a-t-il pas d'autres arrières pensées chez une femme politique que je ne nommerai pas qui a attaqué DSK bille en tête). Et puis souvenez-vous de cette affaire un peu ancienne dans laquelle l'opinion publique, n'écoutant que l'accusation, s'était enflammée contre un officier français, juif et polytechnicien dont on a démontré ultérieurement qu'il était innocent. Je ne sais pas si DSK est coupable mais je ne sais pas non plus s'il est innocent. Alors, comme disent nos amis anglais : wait and see. NB Naturellement je tiens le même raisonnement pour le ministre TRON.

Ajouter un commentaire