Parlez-nous d'amour! Par Christine Pedotti

Comité de la Jupe

Dans cette sombre histoire de Sida, de préservatif, et de propos du pape, il me semble que les choses ne sont pas à leur place.

D’un côté, il y a une maladie, transmissible et souvent mortelle, et parmi les modes de transmission, il y a les relations sexuelles non-protégées.

De l’autre côté, il y a le légitime et puissant appel de l’Église pour que les relations d’amour entre les hommes et les femmes (il serait plus politiquement correct de dire entre les personnes, mais ce serait encore un sujet de polémique, puisque les relations amoureuses et sexuelles entres personnes du même sexe sont condamnées) s’inscrivent dans la durée, la fidélité et la fécondité.

Contre la maladie, il y a, comme pour toutes les maladies, l’information, la prévention, la recherche et les soins aux malades. Dans le cadre de la prévention, il y a le préservatif qui en faisant obstacle physiquement à la transmission du virus est efficace. Bien sûr, il peut se produire des accidents, le latex n’est que du latex. La prévention n’est donc pas fiable à 100%. Et alors ? Est-ce une raison pour exposer les 97% qui auraient pu être protégés ? Le préservatif n’est pas un problème moral c’est un moyen de prophylaxie, fiable à 97%. Dont acte.

Par ailleurs, la maîtrise des appétits et des pulsions, le goût de la fidélité, de la stabilité amoureuse et sexuelle ne sont pas des moyens de lutte contre le Sida, ce sont des moyens de bonheur. Tout le monde rêve d’être amoureux et heureux pour la vie entière avec la même personne, même si beaucoup croient ce rêve inatteignable.

Le métier du pape ne devrait-il pas être de parler du bonheur, d’appeler les hommes et les femmes à oser faire le pari de l’amour, à prendre le risque de s’engager ?

Je rêve d’un pape qui appellerait ceux qui s’aiment à s’aimer plus encore, ceux qui se tournent le dos à prendre sur eux de se pardonner, d’effacer leurs fautes et de panser mutuellement et avec tendresse leurs blessures. Je rêve d’un pape qui dirait « Osez », « Osez faire le pari de l’amour pour toujours, au nom de Dieu, je vous en crois capables ! »

Pourquoi le pape parle-t-il du préservatif ? Est-ce son rôle ? Non, non, et non !

Papes, frère Benoît, et ceux qui viendront après toi, parlez-nous d’amour, parlez-nous de Dieu, parlez-nous de nous. Parlez-nous de Dieu qui nous rêve plus grands que nous-mêmes. Donnez-nous une grande espérance ! Rendez-nous à Dieu et le latex aux hygiénistes.

PS: quelques notes de musiques et mots de bonheur ne nous feront pas de mal
link

Share

Commentaires

Merci pour ces commentaires que je partage entièrement. Ce n'est pas à des machistes célibataires de donner des leçons de morale aux couples, ni aux futurs couples. Oui mon indignation va croissant notamment après les propos de l'évêque de Récife et la condamnation des médecins ayant pratiqué l'avortement sur la jeune enfant violée. Au lieu de se mêler sans cesse de façon médiatique des histoires sexuelles,de ne pas mettre en avant l'amour comme vous le dites si justement, Vatican ferait mieux de parler des enjeux économiques, de la faim dans le monde avec ses 18 000 enfants qui meurent chaque jour, etc. Ils feraient mieux de relire un peu mieux Genèse, car Dieu après avoir créé l'humain, l'a séparé en deux "côtés", en homme et femme, et n'a pas tiré, comme on nous fait croire dans de mauvaises??? traductions, Eve d'une côte d'Adam, etc, etc. Etant en convalescence, je ne pourrai malheureusement pas me rendre ce week-end aux Semaines Sociales Dès que j'aurai retrouvé la santé, sous peu je l'espère, je reprendrai contact avec vous avec grand plaisir CV rapide, mariée, 4 grands enfants, enseignante en classe d'accueil de lycée professionnel à Paris 20ème, auteure de méthodes d'enseignement du français langue étrangère, 15 ans de caté/aumônerie et conseil pastoral à Notre Dame de La Gare et Saint Jean des Deux Moulins, Paris 13. Merci pour ce que vous faites A bientôt

Ajouter un commentaire