Marcher humblement avec son Dieu

Comité de la Jupe
L’auteure du texte suivant a voulu rester dans la discrétion, attentive à la justesse des attitudes et des paroles. La vie religieuse est un chemin possible parmi d’autres, chemin pleinement crédible cependant. C’est le chemin déconcertant d’Abraham et Isaac en route vers le Mont Moriyya qu’elle a choisi comme illustration de son propos.

rembrantPour parler de la vie religieuse, la première image qui me vient à l'esprit est celle de la marche, du chemin. Entrer dans la vie religieuse, il me semble que d'une certaine manière c'est se disposer à marcher, à apprendre à marcher humblement avec son Dieu et avec celles et ceux que nous rencontrerons en chemin. 

Ce chemin ne représente pas une voie royale pour aller vers Dieu, il n'est pas meilleur que d'autres chemins, plus assuré, c'est simplement l'un des chemins possibles. La particularité de ce chemin par rapport à d'autres chemins, c'est qu'il déplace certaines balises, certains repères. On essaye en effet, je dis bien, on essaye d'y avancer en renonçant par exemple, à l'avoir, au pouvoir, si importants dans nos sociétés et sources de tant de violence. Construire une fraternité fait partie de ce chemin, en constitue un des horizons.

Ce chemin est aussi un chemin paradoxal, fait de découvertes et de dépouillements. On y perd parfois des objets en route, des images de soi, des images de Dieu, en un mot quelques idoles. Mais ces pertes se révèlent libérantes, joyeuses, on y gagne un pas plus alerte. Et même si ce chemin peut sembler parfois obscur, mal tracé, on pressent qu'il ne saurait déboucher totalement sur le vide. Ce chemin au fil du temps enseigne, qu'enseigne -t-il ? Que m'a-t-il enseigné ? Il apprend à modifier son regard. Ce chemin est un chemin de tendresse et d'amour de ce monde, tel qu'il est, sans nier ou gommer ses ombres, ses parties abîmées. C'est aussi un chemin habité  par la présence de Dieu, par sa douceur. Il réalise pleinement le programme du prophète Michée : « Humain, le Seigneur t'a fait savoir ce qui est bien, ce qu'il réclame de toi : rien d'autre que pratiquer la justice, d'aimer la miséricorde, et de marcher humblement avec ton Dieu." 6,8

Une dernière remarque, en hébreu, le terme "heureuse ou heureux" a aussi le sens de marcher, d'aller de l'avant.

 

Judith

Share

Commentaires

chère Judith, Merci de ce beau témoignage. Un merci particulier, quand vous dites que votre chemin n'est pas une voix royale pour aller vers Dieu, mais juste l'un des chemins possibles. Trop souvent dans l'Eglise on sépare les laïcs et les consacré(e)s. Comme vous, je suis persuadée qu'on peut aimer Dieu avec la même intensité en étant religieuse ou en étant mariée. C'est juste le chemin qui diffère. Seulement, dès qu'on est mariée, l'Eglise nous enferme dans le rôle de mère...avec tout au plus comme perspective, la possibilité de devenir "dame caté". Pourtant le salut est parfois venu ,dans l'histoire, par des femmes, telle Judith :)

Merci, Judith, pour ce beau texte. L’image du chemin évoque pour moi un livre de Maurice Bellet intitulé, justement, La Voie, dans lequel il essaie de parler de l’Essentiel en se dégageant des mots qui ont trop servi, et bien sûr, la parole du Christ : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ». C’est surtout sa tonalité qui me touche : parole discrète, forte cependant d’une cohérence que l’on pressent avec la vie la plus quotidienne, compagnonnage proposé à d’autres, rencontrés sur ce chemin. C’est avec des paroles de ce « style » que les Chrétiens me semblent pouvoir toucher leurs contemporains. Les développements d’ordre intellectuel, théologiques, moraux –il en faut, et on en a besoin pour se structurer et structurer une Institution –sont seconds et ne devraient jamais constituer un système clos sur lui-même, dans une certitude mortifère. Vous nous donnez envie de nous engager sur ce chemin, dans l’ouverture à l’inattendu de Dieu.

Merci pour votre intervention Judith; j'apprécie que vous vous adressiez à nous vraiment, aussi votre parole nous est adressée, aussi elle nous parle. Aussi nous pouvons nous sentir proches tout simplement, en église !

Ajouter un commentaire