Les 100 ans du Père Joseph Moingt

Comité de la Jupe

Homme d’une absolue discrétion, le père Joseph Moingt n’aime pas se raconter. Il convient néanmoins de rappeler quelques repères. Joseph Moingt entre dans la Compagnie de Jésus (chez les jésuites) à la fin de l’année 1938, à l’âge de vingt-trois ans. La deuxième guerre mondiale fait que son noviciat est particulièrement éclaté. Il est ordonné prêtre en 1949. Il soutient sa thèse de doctorat sur la Théologie trinitaire de Tertullien en 1955 sous la direction de Jean Daniélou et enseigne la théologie dogmatique à la faculté de Fourvière d’abord, puis à partir de 1968 à l’Institut catholique de Paris, enfin au Centre Sèvres créé en 1974 de la fusion de la faculté de théologie de Fourvière et de la faculté de philosophie de Chantilly. Professeur d’une rare élégance, excellent pédagogue, non seulement d’une grande clarté, mais d’une culture époustouflante tant concernant les pères de l’Eglise que la modernité, le père Moingt devient aussi en 1968 et jusqu’en 1997 (soit presque trente ans) rédacteur en chef de la revue Recherches de science religieuse (RSR). Aussi bien dans l’enseignement que comme homme de revue et auteur de nombreux livres, le père Moingt a le génie de faire travailler ensemble de fortes personnalités qui, avec lui, donnent le meilleur d’elles-mêmes. Nous pensons tout spécialement à Michel de Certeau, René Marlé, Henri de Lavalette, Joseph Doré, Georges Kowalski, André Paul, Jean-Noël Aletti, Pierre Vallin, Pierre Gibert (qui deviendra son successeur aux RSR), Bernard Sesboüé et le pasteur André Dumas, qui participent tous les deux ans aux colloques des RSR et rédigent des bulletins qui font une grande part de la réputation de la revue. Le père Moingt est d’abord un éminent spécialiste de christologie : la science qui établit que Jésus de Nazareth est le Christ, le Fils de Dieu, Celui qui a été oint par le Père. Mais il ne se livre pas seulement à la théologie spéculative, fondamentale et dogmatique, il anime des retraites, les méditations spirituelles sont aussi son domaine. Le père Moingt a incontestablement marqué de son empreinte la deuxième moitié du XXe siècle jusqu’à nos jours. Ajoutons pour conclure qu’une homélie du père Moingt, même brève comme il se doit, est toujours un événement. Si nous sommes nombreux à avoir trouvé goût à la théologie et à avoir attiré vers cette étude des plus jeunes, c’est au père Moingt et aux conseils qu’il a su créer que nous le devons. Partager avec lui est une grâce. Joseph Moingt est un homme de culture. Du fond du cœur, nous lui adressons un profond « Merci ». Jean-Marie Glé.

 

Joseph Moingt et quelques livres récents

 

Joseph Moingt et quelques livres récents

 

Retrouver aussi des pages de Joseph Moingt sur le site de la Conférence catholique des baptisé-e-s francophones.

 

 

Crédit photo: 
Claudine Onfray
Share

Ajouter un commentaire