La coupure liturgique de Romains 16

Comité de la Jupe

La première lecture proposée le samedi de la 31ème semaine du temps ordinaire dans le calendrier liturgique catholique romain propose des versets du chapitre 16 de l’épître de Paul aux Romains. On y voit l’apôtre saluer ses amis de Rome. Or, curieusement, la lecture ne commence qu’au verset 3 : « Saluez Prisca et Aquilas, mes collaborateurs en Jésus-Christ … ». Si on ouvre sa Bible, on voit que le chapitre commence par ces versets : « Je vous recommande Phoebé, notre sœur, diaconesse de l’église de Cenchrées. Accueillez-la dans le Seigneur d’une manière digne des saints, aidez-là en toute affaire où elle aurait besoin de vous. Car elle a été une protectrice pour bien des gens et moi-même ». Y a-t-il un motif sérieux pour omettre ces deux versets ? En effet, ceux-ci ne sont pas difficiles à comprendre... Je ne vois qu’une raison pour ne pas mentionner Phoebé : la peur que la place de cette femme dans une communauté primitive donne des idées de ministère à des chrétiennes catholiques aujourd’hui !

Étouffer la voix des femmes dans l’Église n’a jamais empêché celles-ci de continuer le dialogue instauré avec elles par le Christ lui-même, c’est ce que raconte très bien Élisabeth Dufourcq dans Histoire des chrétiennes, l’autre moitié de l’Évangile (Bayard, 2008). La quatrième couverture de cet ouvrage commence par la question « Que s’est-il passé entre le Christ et les femmes depuis 2000 ans ? » A chacune de nous d’apporter sa réponse personnelle aujourd’hui, malgré les freins de ces messieurs en pensée, en parole, par action et par omission…

publié sur http://www.valence.cef.fr/La-coupure-liturgique-de-Romains.html

Anne-Noëlle CLEMENT
Déléguée diocésaine à l’oecuménisme

Share

Commentaires

Je pense que c'est le genre de choses pour lesquelles nous pouvons quelque chose. Demandons, jusqu'à être entendues, que cette lecture soit rétablie en la prenant du début (verset 1), dans sa traduction liturgique - qui existe, en plus ! : "Je vous recommande Phébée notre sœur, ministre de l'Église qui est à Cencrées ; accueillez-la dans le Seigneur comme il convient à des fidèles ; aidez-la en toute affaire où elle aurait besoin de vous, car elle a pris soin de beaucoup de gens, et de moi aussi. " Demandons-le à qui nous pouvons : Demandons-le au prêtre qui préside à l'Eucharistie là où nous célébrons, à l'Evêque du lieu, responsable de la liturgie, aux liturges et aux formateurs. Demandons-le à Paul et aux chrétiens romains auxquels il écrivait, à Phébée, Priscille et Aquilas et les autres. Demandons-le à Marie, puisque le samedi est "son" jour liturgique... Demandons-le, sûr(e)s de l'obtenir : car qui peut s'opposer à la Parole de Dieu ? Et peut-être y a-t-il là, en plus des occasions à saisir chacun sur le terrain (là où c'est possible), une action concertée à mener, d'autant que nous avons le temps avec nous : cette lecture du début de Ro 16 n'est qu'au lectionnaire de semaine, années impaires.

Ajouter un commentaire