La CBF une idée saugrenue ? et si nous regardions nos voisins...

Comité de la Jupe

Message reçu du Père Antoine Sondag :

sondag
Un petit mot à propos de la Conférence des Baptisés de France (CBF)...
Cela a l'air je ne sais pas quoi, contestataire, critique envers les évêques... si j'en crois certains articles de presse.

Je signale qu'il existe en Allemagne un organisme tout à fait semblable :
le Zentral Komitee der deutschen Katholiken, acronyme ZdK.

C'est une assemblée composée d'environ une petite centaine de représentants des associations catholiques du pays, d'une petite centaine de représentants élus par les Conseils pastoraux diocésains, et d'une petite cinquantaine de représentants cooptés, choisis d'ailleurs en général dans les milieux politiques (plutôt le personnel politique au niveau régional, les Länder) et pas seulement évidemment du parti démocrate-chrétien, il y a tous les partis (Die Linke, je ne suis pas sûr, quoique ?). Ils se choisissent un président élu, qui doit être confirmé par la Conférence Episcopale. Ces années récentes, pour la première fois dans l'histoire depuis 1848, la Conférence Episcopale n'a pas confirmé le candidat choisi.

Voilà, vous savez sans doute tout cela.
Ce ZdK est une institution ancienne, vénérable, pas trop contestataire (présidé par un ancien ministre CDU)...

Le secrétaire général de ce ZdK, Stefan Vesper, qui est d'ailleurs aussi francophone, se ferait sans doute un plaisir de venir expliquer tout cela à Paris en français. Pour le moment, il a des liens avec les Semaines Sociales de France (qui tentent parfois de jouer le rôle de ZdK pour la France, mais elles ne le sont pas, elles n'ont pas la base démocratique du ZdK).

Je m'arrête ici, bon courage à toutes et à tous...
Si je puis être de quelque utilité, je suis prêt

Antoine Sondag
Sympathisant, j'ai un doute si je suis adhérent ou non... peut-on déjà être adhérent à la CBF ?

Antoine Sondag, prêtre, diplômé de l'Institut d'Etudes politiques de Paris, travaille au Secours Catholique depuis dix ans dans les affaires internationales. Parallèlement, il a été aumônier international de Pax Romana. Il a été président d'Article premier. Ancien secrétaire de la commission Justice et paix de la conférence des évêques de France, il est l'auteur de On n'éliminera jamais la pauvreté, même pas vrai ! (Erès, 2005) et la Géographie des catholiques (Centurion,1991) et plus récemment La solidarité chemin de spiritualité (Salvator, 2008).

Share

Commentaires

Vu l'état de l'Eglise allemande, qui semble consacrer toute son énergie à s'opposer au Saint Père, je ne suis pas certain que ce soit un modèle à suivre. Les conditions financières de l'Eglise, y sont aussi très différentes. Personnellement, autant je suis favorable à une plus grande vie associative au niveau des paroisses (de type "anciennes fabriques"), autant je me méfie des structures nationales qui défendent leurs objectifs propres. Je ne me sentirais certainement pas plus écouté dans l'Eglise si je savais que mes évêques doivent composer avec un ancien ministre UMP ou PS qui prétend me représenter. Par pitié, épargnez nous les comités Théodule, fédérations d'élus locaux et autres assemblées de "notoires" (pour parler comme De Gaulle).

à Julius et à d'autres, Il faudrait arrêter de se jeter à la figure "l'état de l'Eglise" en général ou à tel ou tel endroit pour en rejeter la faute sur Pierre ou Paul (sur le magistère ou sur ceux qui contestent des décisions à cause de la mission) car il est très difficile d'établir objectivement la cause ou les causes de cet "état". Discutons plutôt entre nous de ce qui est prioritaire à nos yeux. Pour certains il semble que ce soit l'obéissance au magistère et pour d'autres la mission. Ces deux valeurs sont positives. Sont-elles sur le même plan ? Ont-elles chacune des limites ou sont-elles un absolu ? Y a-t-il une hiérarchie (!) entre elles ?

@ Julius Le Comité Central des Catholiques allemands n’a rien de radical. Il équilibre tous les courants, c’est un lieu de discussions internes plus que de pouvoir.

Ajouter un commentaire