Huit bébés californiens, pourquoi parler d'avortement?

Comité de la Jupe
31 janvier 09

Gisèle Halimi, fortement impliquée sur la question du droit à l'avortement était-elle la personne la plus idoine pour "couvrir" de ses commentaires une naissance aussi exceptionnelle que celle des huit bébés californiens ?

C'était pourtant le choix de Dominique Souchier sur Europe 1, ce matin, 31 janvier, dans l'émission : "C'est arrivé cette semaine". Je respecte Gisèle Halimi et n'ai aucun commentaire à faire sur ce sujet.

Mais depuis ces jours-ci, ces huit bébés sont là, et "faire" tout ce sujet  en ne parlant que du droit à l'avortement me choque : devant la vie, n'est-il pas étrange de se défendre avec des paroles de mort? Et ceci alors que la mère se réjouit et parle de les nourrir tous... Mais de quel droit ?

Et surtout, n'y avait-il pas le moindre mot de bienvenue à dire à ces bébés avant de se demander si et comment on aurait pu les passer à la trappe? N'a-t-on pas souci de "dire le bien pour eux", qui sont désormais des êtres vivants promis à un avenir?
Et comme si cela ne suffisait pas, voilà qu'Aldo Naouri en rajoute en rappelant (dans l'émission, et seul autre intervenant) que, jadis, les naissances gemellaires étaient considérées comme monstrueuses. Et on se dit psy, en faisant porter sur des nouveaux-nés une telle évocation!

Je ne suis pas une idéologue, et ne me prononce pas au fond sur des matières aussi délicates; mais quand la vie est là, que les huit bébés sont vivants, que la maman se dit heureuse, que l'on n'est pas directement concerné, que cette naissance ne porte tort à personne, que personne ne vous demande de dire que les grossesses de huit sont de bonnes choses, et que, malgré tout, on chipote et on fait la fine bouche, alors, je pense qu'une idélogie assez dévastatrice est en train de montrer le bout de son nez.    Anne Soupa

Share

Ajouter un commentaire