Femmes et Hommes, des dialogues à lire….

Comité de la Jupe

À l’heure où le débat est vif autour du genre, paraissent deux livres qui reflètent la quête désirante d’un homme et d’une femme attirés par leurs différences… et leurs points communs.

Dans les deux cas il s’agit d’un dialogue. Le premier entre une chanteuse et un prêtre. Le second est une correspondance entre deux écrivains sur le désir.

Dans Entre toutes les femmes, la chanteuse Mannick et le prêtre théologien et poète Gabriel Ringlet, dialoguent sur les grandes questions de la vie, à partir de huit chansons de Mannick.

Pourquoi ce titre « entre toutes les femmes » ? Sans doute à cause du point de départ des chansons très féminines et féministes d’une femme. Mais sans doute aussi parce que l’homme qui dialogue avec Mannick est visiblement fasciné par le féminin et a un pôle féminin très développé. Gabriel Ringlet a d’ailleurs écrit un livre confidence remarquable sur la maladie et la mort d’une amie très chère, intitulé « Ceci est ton corps ». Un dialogue poétique, parfois provocateur, amical toujours. (Desclée de Brouwer, 336p. 18€)

Dans Et que le désir soit. Lettres entre un homme et une femme,. Cécilia Dutter et Joël Schmidt s’engagent dans une longue correspondance sur le thème du désir.

Entre ce septuagénaire et cette une femme beaucoup plus jeune, tous deux auteurs d’un ouvrage érotique, naît une tendre mais chaste amitié, qui les fait brûler du désir de se connaître au plus intime. Cela donne une série de lettres flamboyantes où tous les aspects du désir sont abordés. C’est de la belle littérature et des confidences d’une rare authenticité. Les différences d’approches et de ressentis sont bien évidentes, mais, là encore, c’est l’homme qui est fasciné par le pôle féminin dans lequel il va même jusqu’à se projeter assez souvent. Alors que la femme se montre d’un réalisme positif. (Littérature ouverte. DDB 192p. 16€)

« Genre » ou pas, il ressort de ces deux livres ce que nous savons tous : la femme 100% féminine n’existe pas plus que l’homme 100% masculin… et heureusement ! Et pourtant il y a bien des différences qui font tout l’enchantement de l’échange qu’il soit intellectuel, amical ou sexuel.

Et puis l’on peut se demander si lorsque l’on entre dans le domaine de l’intime le « sexe fort » n’est pas le féminin.

Monique Hébrard

Share

Ajouter un commentaire