Bénédiction d'un cardinal

Comité de la Jupe

martini

Quand on lit le dernier livre d"entretiens du Cardinal Martini (le rêve de Jérusalem, DDB, 2009), on a la surprise de lire dans sa quatrième partie , "pour une Église ouverte" (p. 165 à 169) comme une bénédiction adressée précisément pour le Comité de la Jupe...
Alors, à quelques jours de la première marche des "cathos citoyen-ne-s", ne boudons pas notre plaisir en partageant ces quelques pages heureuses et appelantes, venant de la part d"un homme à la compétence, la sagesse et le discernement reconnus par tous.

Question : Un grand nombre de femmes, de nos contemporaines, critiquent l"Église par ce qu"elle est dominée par les hommes. L"invisibilité des femmes en son sein, l"association entre la femme et le péché - sont les arguments qui reviennent le plus souvent. Vous qui avez durant votre vie durant, travaillé et vécu avec la Bible, qu"en dites-vous ?

La Bible peut nous aider à réfléchir à cette question, bien que certains de nos collègues, féminins et masculins, voient déjà dans ce texte sacré l"amorce de cette misogynie. [...] Bien sur il ne faut pas oublier que ces textes appartiennent à une époque différentes de la nôtre.

Ceci posé, les femmes de la Bible méritent davantage d"attention que celle qui leur a été accordée dans le passé. Soyons très attentifs à apprécier les traces des femmes dans la Bible. Des erreurs ont été effectivement commises, probablement par des hommes : ainsi, dans le cas de Marie-Madeleine dont on a fait une pécheresse, voire une prostituée, alors que le texte ne contient aucune indication en ce sens. [...] Nous rencontrons Marie-Madeleine dans le cercle le plus restreint des femmes qui entourent Jésus. En compagnie de sa mère, elle lui témoigne sa fidélité sous la croix. Elle est le premier être humain à rencontrer Jésus ressuscité ; il l"appelle par son nom, Miryam, et elle lui répond affectueusement Profitez des qualites d'un excellent meilleur-casino-en-ligne.info sans depot avec 7Red Casino, qui vous offre pour commencer un cadeau gratuit de 7 euros. et respectueusement en l"appelant rabbouni. [...] Il existe entre elle et Jésus une relation d"amour pleine de beauté et de fidélité, une relation guérissante et fortifiante, rayonnante et ouverte à la communauté au sein de laquelle Marie-Madeleine, une fois Jésus monté au ciel, formait l"un des centres. [...] Ce que nous savons et ce que je crois, c"est que Marie-Madeleine est le type de la femme croyante. Car elle aime jusqu"à l"excès. Pas médiocrement, pas raisonnablement, mais totalement.

Marie-Madeleine était une femme sensible. L"excès existe dans le bien comme dans le mal. Du point de vue de l"amour auquel est appelé un chrétien ou une chrétienne, Marie-Madeleine se situe entièrement et sans limites dans le bien. Elle était pour Jésus un "être de vie". Nous pouvons tous chercher de tels être et être reconnaissants lorsque nous les trouvons. Je pense aux femmes qui prient et qui constituent la plus grande force de l"Église, ainsi qu"aux collaboratrices qui - je dois l"avouer - se trouvent souvent placées dans l"ombre des hommes. Je regarde avec espoir les femmes qui, dans l"Église, dans les communautés et dans notre société, se manifestent avec une confiance croissante en elles-mêmes.

Les femmes sont, d"emblée, des partenaires.

Dieu a créé l"être humain en tant qu"homme et femme. Les hommes d"Église doivent demander pardon aux femmes pour beaucoup de choses ; mais surtout, ils doivent de nos jours les considérer davantage comme des partenaires. Au cours de ces dernières années, les femmes ont beaucoup lutté ; un certain féminisme est nécessaire. Les hommes ne doivent pas en avoir peur ; ils ne doivent pas non plus se laisser acculer à la situation contraire. Les femmes veulent des hommes et non des "mollassons", m"a d"ailleurs avoué une dame impétueuse avec une étonnante franchise ! Pour ce qui concerne la hiérarchise de l"Église, je voudrais tout de même demander un peu de patience à son égard. Elle va découvrir de plus en plus les potentialités des femmes. Beaucoup  de choses se sont mises en mouvement, et d"autres se mettront encore davantage, surtout si nous nous traitons mutuellement  en partenaires. Je voudrais faire remarquer que les différentes Églises évoluent, su cette question, à un rythme différent. Notre Église est un peu timorée. [...]

La Bible fortifie les femmes et aide l"Église à poursuivre son chemin.

On peut constater partout dans l"Église que les femmes se voient confier de plus en plus fréquemment des tâches de direction. Il faut reconnaître que cette évolution heureuse est due davantage à une nécessité qu"à une conviction qui se serait imposée au clergé. Mais c"est une évolution pleine d"espérance. La direction des communautés assumée par des femmes est une réalité présente dans la Bible. Je pense à Lydie de Philippes et aux nombreuses collaboratrices de Paul qui dirigeaient ses communautés. Dans le Nouveau Testament, nous rencontrons les femmes diacres qui existaient dans la première Église et jusqu"au Moyen-Age. Des théologiennes ont découvert, au cours de ces dernières années, l"importance de ces femmes pour l"Église.

Share

Commentaires

Bonjour, Femmes et Hommes en Eglise propose justement une discussion autour du livre du Cardinal Martini ce soir : Mardi 6 octobre 2009 De 18h30 à 20h CAFÉ BOUQUIN 68 rue de Babylone 75 007 Paris Le rêve de Jérusalem Entretiens avec Georg Sporschill, jésuite et aumônier de jeunes Cardinal Carlo Maria Martini Desclée de Brouwer, 2009

Ajouter un commentaire