Bénédiction

Comité de la Jupe

En ce jour du 11 novembre 2009, nous inaugurons sur notre blog le ministère de Bénédiction
annoncé il y a un mois tout juste lors de l'appel à la Conférence des Baptisé-e-s de France...

angela_merkel2

Deux circonstances liées à l’actualité nous conduisent à vous proposer de lire et de méditer le magnifique de texte de la préface de la prière eucharistique pour la réconciliation : les célébrations d’anniversaire de la chute du mur de Berlin, et la présence d'Angela Merkel au côté du président Nicolas Sarkozy, lors des cérémonies de commémoration de la fin de la Grande Guerre. En finale de son discours, la chancelière allemande a précisément dit que l'amitié franco allemande est un miracle, un inestimable cadeau :

"Il existe cependant une force qui peut nous aider à supporter les évènements qui ont eu lieu : c’est la force de la réconciliation.
D’elle peut naître la confiance, et même l’amitié. [...]

La réconciliation a pu libérer toute sa force,
parce que les hommes et les femmes de nos deux pays ont acquis une ferme conviction :
celle que les Français et les Allemands n’auront plus jamais le droit de se forger une image artificielle d’ennemis.
Français et Allemands ne doivent plus jamais se faire de mal.

Car une confrontation ne connaît que des perdants. Mais une coopération ne connaît que des vainqueurs.
La force de la réconciliation a donné corps à une amitié.

Quel formidable cadeau !

[...]
C'est une grâce de l'Histoire que de pouvoir dire aujourd’hui, alors que nous nous inclinons devant la tombe du soldat inconnu,
que la réconciliation et l’amitié franco-allemandes sont un véritable cadeau."

Au delà des actions humaines de rapprochement des deux peuples, elle a su voir quelque chose de gratuit, d'inouï.
Comme il est doux d'unir sa voix à ceux qui savent remercier !

Dieu, notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons par Jésus, Christ et Seigneur, pour ton œuvre d’amour en ce monde.
Au sein de notre humanité encore désunie et déchirée, nous savons et nous proclamons que tu ne cesses d’agir et que tu es à l’origine de tout effort vers la paix.
Ton Esprit travaille au cœur des hommes :
et les ennemis enfin se parlent, les adversaires se tendent la main, des peuples qui s’opposaient acceptent de faire ensemble une partie du chemin.
Oui, c’est à toi, Seigneur, que nous le devons,
si le désir de s’entendre l’emporte sur la guerre,
si la soif de vengeance fait place au pardon,
et si l’amour triomphe de la haine.
C’est pourquoi nous devons toujours te rendre grâce et te bénir…

Share

Commentaires

Rendons grâce au Seigneur. L'intuition d'Anne, Christine et de toute l'équipe, action de l'Esprit, ils ont eu l'audace de la mettre en action. Continuons à les aider par nos prières

"Tu es ma fille bien-aimée, en toi j'ai mis tout mon bonheur", m'a dit le Père au jour de mon baptême, comme Il l'a dit à Jésus au jour de son baptême par Jean, comme Il le dit à chacun de Ses enfants au jour de leur baptême. J'avais 3 jours, j'étais entièrement livrée aux soins d'autres qui étaient loin d'être parfaits et personne ne pouvait prévoir ce que je ferais de cette grâce, si je la reconnaitrais un jour ou lui tournerais le dos. Il est comme ça Notre Père, Père de tous les hommes, Il est bon... "Si Tu es bon, c'est que Tu es heureux. Je sais que Tu es heureux, que le bonheur est le secret de Ton amour. Tu es la tendresse, amour et bonheur au coeur de Ton être, Tu es heureux. Ton bonheur, je vais le leur dire afin qu'ils comprennent un peu mieux Ton nom. Je crois que c'est la bonne manière : leur dire comment Tu es heureux" Lorsque Jésus priait, Jean-François Six, Seuil, 1980

Entrons à notre tour dans le mouvement ! Non seulement par nos prières mais en étant nous-mêmes ces veilleurs qui débusquent ces moments de grâce... Des moments de grâce qui sont bien plus nombreux que nous l'imaginons ! Mais que le rythme effréné de nos vies nous fait trop souvent négliger... Et nous passons à coté... Alors qu'en nous y arrêtant une saveur toute particulière, donnée, peut se révéler et s'exhaler. Elle peut devenir source d'un véritable bonheur à partager parce qu'il fait vivre ! Exerçons par là notre vocation baptismale, notre caractère de "prêtre, prophète et roi" comme nous le dit le rituel du baptême et la lettre de St Pierre (1P 2, 9)... Recueillons ces moments ! Rassemblons en les plus significatifs pour "reconnaître", comme il était dit dans le discours du 11 octobre, "sans nous lasser ce qui se fait de bon et de beau dans le monde, les actes d’amour, de générosité, de compassion, de pardon et de partage. Tout simplement voir Dieu à l’œuvre… Et le louer !"

Ajouter un commentaire