Apparence des femmes : « Intégristes de tous les pays, unissez vous ! »

Comité de la Jupe
Depuis la mi-janvier, une polémique s’est installée à l’Est : pour la première fois, des religieux chrétiens (en l’occurrence le Patriarcat orthodoxe de Moscou), s’attaquent à l’apparence des femmes et veulent que celles-ci, chrétiennes ou non, adoptent un code vestimentaire « décent ». Si l’Archiprêtre Tchapline a brièvement fait mention de certains hommes en short, sa cible principale a été le sexe féminin. Il a donné comme modèles aux femmes russes leurs voisines Thétchènes (musulmanes). En effet, en République de Tchétchénie, le gouvernement impose aux femmes de porter jupes longues et foulards dans les espaces publics. Les jeunes filles maquillées, ou en jupe courte, peuvent être attaquées avec violence, certaines auraient été victimes de tirs de flash ball. Selon l’Archiprêtre, les femmes « indécentes » devraient être bannies des rues de Moscou (source Moscovite, Nezavissimaïa Gazetna). Ce discours ressemble point pour point à celui tenu en Iran depuis plusieurs décennies. Il est inquiétant. C’est un discours régressif qui cherche à faire croire que ce sont les femmes qui sont responsables de la moralité publique, et que ce sont elles qui « portent »l’honneur et la dignité d’une société. Les hommes, eux, sont totalement déresponsabilisés de leurs pensées, actes, et comportements, car, disent-ils, « ce sont les femmes qui les provoquent »… En parlant de cette manière, les religieux qui se gargarisent de décence prouvent une seule chose : ils sont obsédés par l’apparence des femmes et leur corps, et ils y prêtent une attention surprenante. Cachez ce sein que je ne saurais voir ! Tous les reportages réalisés à Moscou montrent plutôt de paisibles travailleuses et ménagères ; et le climat ne se prête guère, sauf l’été, à de profonds décolletés… Il faut donc que les religieux courroucés traquent avec obstination les « contrevenantes » à leur code vestimentaire idéal. Ce ne sont pas des femmes prostituées qu’ils parlent ! Cela, c’est un problème différent, mais on n’a pas entendu dire qu’ils s’en prennent aux mafias de l’Est qui vivent de la traite des êtres humains, et dont les chefs sont des hommes. Il s’agit des passantes lambda qu’ils jugent « maquillées comme des clowns ». La soif de contrôle des femmes n’est donc pas éteinte dans le christianisme occidental. Faut-il relier ces oukases aux petits foulards bleus dont, en France, on affuble certaines petites filles pour servir l’assemblée dans quelques paroisses, chaque dimanche plus nombreuses ? Partout, le sous-entendu est le même : les femmes ou les jeunes filles sont par essence tentatrices, reflets insupportables des fantasmes masculins… Michelle .C.D
Share

Commentaires

Vous commettez une erreur : le christianisme russe n'est pas occidental mais oriental. L'Eglise de toutes les Russies est appelée Eglise Pravoslave ainsi qu'on le proclame à la Divine Liturgie. Le peuple russe rejette profondément le christianisme occidental qui est corrompu.

Ajouter un commentaire