Il est grand temps que les femmes soient ordonnées ! Le KDFB salue l’initiative du Pape.

Comité de la Jupe
2 juin 2016

Le KDFB (Katholischer Deutscher Frauen Bund, association allemande des femmes catholiques) voit un signe porteur d’espoir dans l’annonce du Pape François, faite peu avant la Pentecôte, d’autoriser la mise en place d’une commission d’étude sur la possibilité d’ordonner des femmes diacres.

 

« Il est grand temps que les femmes soient ordonnées », déclare Maria Flachsbarth, Présidente du DKFB.

« Nous venons de célébrer à Münster la journée de “la diacreʺ à l’initiative du KDFB, du Comité central des catholiques allemands (ZDK) et de l’Assemblée des femmes catholiques d’Allemagne (KFD).

Il est pour nous important que les femmes puissent, par le service de diacre, par leurs mains et leurs voix de femmes, témoigner de manière crédible d’une Église humaine et charitable car dans les paroisses, c’est depuis longtemps une réalité vécue que ce sont les femmes qui s’occupent des pauvres, des faibles et des malades, et qui donc vivent le service de la diaconie. »

L’Assemblée des femmes catholiques d’Allemagne (KDFB) s’engage depuis plusieurs décennies pour l’ordination diaconale des femmes. L’ordination serait un signe visible d’une Église paritaire et confirmerait par le sacrement les femmes qui déjà aujourd’hui rendent la majorité des services de la diaconie tant dans les paroisses que dans les établissements religieux », souligne Mme Flachsbarth.

« Les services rendus par les femmes sont tout aussi importants et saints que ceux des laïcs masculins au service du diaconat permanent. Les compétences et le charisme des femmes sont une composante indispensable d’une Église paritaire et diaconale.

Il faut des femmes diacres – il en va de la crédibilité de l’Église. Comme premier pas dans ce sens, nous souhaitons qu’un nombre significatif de théologiennes et de femmes engagées soient appelées à siéger dans la commission. »

L’association se penche depuis longtemps sur les racines théologiques et historiques de ce service. « Les faits sont là : il y a de bons motifs dans l’Eglise qui plaident pour le diaconat des femmes » constate Mme Flachsbarth «  À toutes époques, l’Église s’est vue habilitée à adapter les services en fonction des exigences du moment. Le Concile Vatican II a permis aux églises locales de réintroduire le diaconat permanent des hommes qui avait disparu durant des siècles. Aujourd’hui, il est grand temps, dans beaucoup d’églises locales d’ordonner des femmes diacres. »

Les requêtes de l’Association des femmes catholiques d’Allemagne (KDFB) pour l’ordination des femmes au diaconat s’inscrivent dans la continuité de l’engagement de son ancienne présidente Dr. Gertrude Ehrle qui après le Concile de Vatican II s’est investie avec force dans le diaconat des femmes. Les travaux du Synode de Würtzburg adoptèrent en 1975 un vote appelant le Vatican à examiner l’habilitation des femmes au service du diaconat.

En 1997, le KDFB fut co-organisateur du congrès théologique international ayant pour thème « Le Diaconat : Un service pour les femmes dans l’Eglise – Un service adapté aux femmes ? »

La même année, le KDFB initia la « journée de la diacre », le 29 avril, jour de commémoration de Sainte Catherine de Sienne. Depuis lors, chaque année, hommes et femmes, par leurs prières, les messes et les discussions éveillent les consciences à leurs vœux d’une ordination sacramentelle des femmes dans l’Eglise.

 

Communiqué de presse – Cologne, le 13 mai 2016

Traduction française : Jacqueline Lach-Andreae

logo KDFB
Share

Commentaires

Auteur du commentaire: 
isabelle
non mais ça va ces messieurs mitrés ne vont pas encore réfléchir pendant 200 ans sur "les femmes" ... la société ne les attendra pas et c'est l'hémorragie : les femmes "normalement constituées" ne peuvent plus accepter  d'être traitées de manière si discriminantes : toutes l es autres Eglises ont fait le pas depuis déjà longtemps et ces messieurs cathos réfléchissent encore;  les femmes qu'est-ce qu'on en fait .... !!  L'Eglise patriacale et dicriminante n'est plus crédible d'un autre âge) , alors pas la peine d'essayer de les faire changer d'avis, "si elles entrent on est foutu" à dit un cardinal lors du synode de la famille où il n'y avait que des hommes et un ou deux couples pour faire pot de fleurs...  il y a un moment si les femmes n'arrêtent pas ce cirque , çca va durer encore longtemps...  mais apparemment cela convient à un certain nombre de femmes habituées dès l'enfance à ne pas avoir le droit d'approcher le choeur, de lire les lectures, de commenter l'Evangile.. alors que dans le vie civile elles peuvent diriger des entreprises  ou avoir des responsabilités à égalité des hommes : cherchez l'erreur....

Ajouter un commentaire