Commission pour l’étude du diaconat féminin

Joce-Lyne BIRON
05/12/2016

Deux mois après l’annonce du pape François, on ne connaît toujours pas la teneur exacte du mandat qu’il a confié à la Commission pour l’étude du diaconat féminin. Femmes et ministères souhaite qu’il soit rendu public le plus tôt possible, sans quoi il sera difficile d’apporter une contribution aux délibérations inhérentes à cette question irrésolue depuis le concile Vatican II.

Égalité femmes-hommes dans l’espace religieux : que promettent les candidats à l’élection présidentielle ?

Anne SOUPA
30/11/2016

Anne Soupa, au nom du Comité de la jupe, a écrit aux sept candidat.e.s du premier tour de la primaire de la droite. Sa lettre sera adressée également aux candidat.e.s de la primaire de la gauche, aux candidat.e.s déjà déclaré.e.s, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélanchon, Marine Le Pen, et à celles et ceux qui le seront.

Paris, le 16 novembre 2016

Monsieur/Madame

Femme et prêtre catholique, chair et âme

Christina MOREIRA
28/11/2016

Christina Moreira, une Française qui vit en Espagne, exerce son ministère dans une petite communauté de base dont elle a la charge pastorale, charge qui lui a été confiée par la communauté assemblée. Elle a été ordonnée prêtre par l'évêque Bridget Mary Meehan, à Sarasota, Floride (USA – elle habitait alors en Amérique du Sud), en mars 2015.

Les droits des femmes sont-ils menacés ?

 La conférence-débat de rentrée du Comité de la jupe aura lieu le jeudi 24 novembre 2016 sur le thème : Les droits des femmes sont-ils menacés ?

En effet, depuis quelques années, les alertes se multiplient : refus de serrer la main à une femme, propos injurieux, voile, burkini, pratique du guett (acte de divorce dans le judaïsme), du talla, (acte de divorce musulman) interdiction des femmes de la prêtrise, éviction des fillettes du service de l’autel, des femmes de l’autel, refus d’un médecin d’un autre sexe, apologie du « masculinisme »…

Ces signes sont assez inquiétants pour que la question arrive sur la scène publique. L’émancipation des femmes est-elle menacée ?

Dans la plupart des cas, les religions sont pointées du doigt. Quelle est la part de vérité de cette affirmation ?

Le Comite de la jupe, association catholique de promotion des droits des femmes, organise sa conférence-débat de rentrée :

Le jeudi 24 novembre 2016 à 20h30,

à l’église Saint Merry,76 rue de la Verrerie, 75004 Paris, avec :

  • Liliane Vana, talmudiste, docteur ès sciences religieuses, spécialiste en droit hébraïque, talmudiste ;
  • Chahla Chafiq, écrivaine et sociologue ;
  • Virginie Larousse, rédactrice en chef du Monde des religions ;
  • Anne Soupa, présidente du Comité de la jupe.

Entrée libre et gratuite.http:www.comitedelajupe.fr;

Contact : comitedelajupe@laposte.net

Pour les adhérents et futurs adhérents, l’assemblée générale de l’association aura lieu au même lieu à 18h30.

Masculin-Féminin. Où en sommes-nous ? – Décryptage d’une encyclique

Sylvie DE CHALUS
06/11/2016

Masculin-Féminin, où en sommes-nous? est un livre de Michèle Jeunet, religieuse appartenant à l’Institut des Sœurs de Notre-Dame du Cénacle. Il est paru en juin 2016 aux éditions BoD – Books on Demand (https://www.bod.fr/livre/michele-jeunet/masculin-feminin--ou-en-sommes-nouso/9782322077274.html). Il porte en sous-titre Décryptage d’une encyclique, celle de Jean-Paul II, Mulierisdignitatem (1988).

Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin !

LIGUE DES DROITS DE L'HOMME SECTION PARAY LE MONIAL
21/10/2016

Les mouvements masculinistes ont de plus en plus de visibilité, et au sein même de l'Église. Depuis l'année 2009 déjà, le diocèse d'Autun organise un pèlerinage réservé aux hommes, le pèlerinage Saint Joseph1. Dans ce même diocèse toujours, c'est aujourd'hui la communauté de l'Emmanuel qui ouvre ses portes aux tenants du masculinisme en organisant, du 20 au 23 octobre 2016, un camp Optimum2.

La rencontre interreligieuse d'Assise : la violence occultée

Michèle JEUNET
21/10/2016

À Assise, du 18 au 20 septembre 2016, s’est déroulée la rencontre interreligieuse pour la paix, à l’initiative du Pape François. L’objectif était de « désolidariser les religions et la violence ». Le pape François a eu des paroles fortes comme celles-ci : « Ne nous lassons pas de répéter que jamais le nom de Dieu ne peut justifier la violence. » On ne peut que saluer cette initiative et se réjouir qu’elle ait eu lieu. Cependant, cette rencontre n’a abordé qu’une partie de la question : la violence des religions les unes contre les autres.

Une urgence : Cultiver la paix

Comité de la Jupe

Paris 2016-2017.

Cycle 2016-2017 : Violence et tendresse dans nos relations (voir détail du programme)

Dans le cadre de son projet « Cultiver la paix », la Conférence des baptisé-e-s ouvre une série de 9 ateliers d’enseignement et de partage consacrés à la violence individuelle.

Pourquoi  « Cultiver la paix » ?

  • Parce que le retour actuel de la violence menace directement la paix. Nous avons désormais un devoir, impérieux, celui de travailler pour une culture de la paix ;

Femmes, Église, Monde, le supplément de L’Osservatore Romano

Sylvie DE CHALUS
12/10/2016

En mai 2012 est paru un supplément féminin à LOsservatore Romano, le journal du Vatican, intitulé Femmes, Église, Monde. C’est l’historienne Lucetta Scaraffia qui l’a lancé et qui en est la coordinatrice. Symboliquement, le premier numéro avait choisi la thématique de la Visitation, la rencontre de deux femmes, Élisabeth et Marie. Quatre ans plus tard, c’est un succès. Ce supplément mensuel s’étoffe, il est imprimé en couleur sous format magazine, deux nouvelles rubriques apparaissent, l’une dédiée à l’art, l’autre à la Bible.

Du dernier rang

Anne SOUPA
12/10/2016

Lucetta Scaraffia vient de publier un livre qui fait appel à son expérience, celle du « dernier rang » où sont indument placées les femmes dans l’Église. Son réquisitoire ardent est celui d’une historienne qui rappelle que le christianisme est profondément égalitaire dans sa conception des hommes et des femmes. De quoi applaudir des deux mains ! Avec humour et finesse, elle partage ses nombreuses expériences de l’indifférence ecclésiale actuelle envers les femmes et entraîne son lecteur vers les éclairages inédits que sa grande culture permet.

En refusant de pratiquer la langue de buis le pape François prend le risque de ces polémiques par quoi la société se défausse de tout débat avec l’Église.  

René Poujol
07/10/2016

Les papes devraient se méfier des « petites phrases » livrées, comme ça, aux journalistes, dans les avions qui les ramènent de voyages à l’étranger. Surtout à l’ère de twitter et des réseaux sociaux. On se souvient du tollé mondial provoqué, en mars 2009, par les propos de Benoît XVI de retour d’Afrique, expliquant à propos du Sida : « On ne peut le résoudre en distribuant des préservatifs.

Pages